Archives de Tag: COP21

Veggieworld, le cri de la carotte

cri de la carotte - Magà Ettori - Chroniques animalistesAlors qu’est-ce qu’on fait le week-end prochain à Paris ? Le marathon de Paris, oui. Le Mondial de l’automobile :  »Le futur, c’est maintenant ! Plus de 250 marques au Salon de l’auto, ont répondu présentes pour l’édition 2016. » Espérons que Volkswagen sera là, ils sont champions du monde pour réduire frauduleusement les émissions polluantes mieux que la COP21. Une première dans l’histoire automobile, 11 millions de véhicules bridés pour vous apporter le meilleur de la technologie : maladies respiratoires chroniques, pathologies cardio-vasculaires, cancers… que du bonheur ! Non vraiment, le Mondial de l’auto, ça va pas le faire.

Quoi d’autre ? Ah la VeggieWorld, le plus grand salon végétalien en Europe. Ca à l’air cool ça. 90 exposants, dont 10 associations. Un programme extra-veggie : 20 conférences, 10 ateliers de cuisine, des ateliers de yoga, des présentations de livres et l’avant-première du film Faeryland. Ah oui d’accord, whaou. C’est excellent ça. C’est une bonne journée.  Je viens d’apprendre que Faeryland était nominée pour les  »Médor » dans la catégorie meilleur film animalier, et maintenant la VeggieWorld, bien. Faeryland, c’est le 2 avril à 16h30 au 104 qui se trouve 5, rue Curial, dans le 19e à Paris (Métro : Stalingrad ou Riquet). Bon ben voilà, j’ai tout. On va y aller. Ils disent quoi de ce salon. Lancé en mai dernier, après 5 ans de succès et de développement en Allemagne, le salon VeggieWorld Paris connaît déjà ses premiers succès et un développement rapide. De plus en plus de personnes font attention à ce qu’elles mangent, à ce qu’elles achètent et à l’impact de leur mode de vie sur l’environnement. Cette première édition attend 10000 visiteurs qui pourront découvrir plus de 15 restaurants végétaliens et plus de 500 produits, parfois peu ou pas connus en France, par des marques dont c’est parfois la première présence sur le marché français. Protéines végétales, compléments alimentaires, laits, fromages et yaourts végétaux, noix et fruits secs, bonbons, chocolat, pâtes à tartiner, sauces, confitures, boissons, thés, biscuits, tartes, pâtes, huiles, jus de fruits, alternatives à la viande, soins, crèmes, lotions, produits féminins, livre de cuisine, sacs, vêtements et de nombreux autres produits qui permettent à tous de vivre facilement une vie végane. VeggieWorld Paris propose également un programme très riche de plus de 40 activités tout au long des deux jours du salon. Les ateliers cuisines et démonstrations culinaire, animés par des chefs et restaurants reconnus permettront à tous d’apprendre les meilleures astuces et techniques de cuisine végane. Le Centre TAO Paris réveillera les visiteurs avec des ateliers de Yoga gratuits. Pour celles qui le souhaitent, il sera possible de rafraîchir son maquillage grâce à une professionnelle qui utilisera exclusivement des cosmétiques véganes venus d’Allemagne. Nous sommes également particulièrement heureux d’accueillir une avant-première du film Faeryland, qui sera le seul événement payant de l’agenda VeggieWorld. Oui, d’ailleurs c’est Marco et l’équipe du Collectif contre l’expérimentation et l’exploitation animales qui tiendra le stand Faeryland où se vendra les places, où l’on pourra gagner un voyage à Dublin sur les traces de Faeryland. Ce sera le moment de prendre connaissances de toutes les campagnes du Collectif contre l’expérimentation et l’exploitation animales. Un stand facile à reconnaître, la couleur dominante est le jaune. Une vraie ruche, Marco s’entoure toujours de militant(es) motivé(es) et dynamiques. Pour eux !

Alors, les autres ateliers et conférences sont libres d’accès aux visiteurs. Voyons voir ces conférences. Ah bien. Le dimanche après-midi nous avons…. holà il n’y a que l’embarras du choix. Conférence sur le Droit Animal et véganisme Les animaux non « sauvages » sont désormais reconnus comme êtres vivants et sensibles aussi bien dans le code civil, le code pénal et le code rural suite à l’harmonisation juridique menée par le législateur en 2014. Voilà qui va intéresser Myke, Mélany et Daniel de  »Parole d’animaux ». Je les vois bien avec leur petite caméra intrusive…

Bon et là c’est quoi ? Tiens une Conférence sur Le véganisme dans le cinéma, la télé et la musique. Ah j’adore, c’est certain que je vais y assister à celle-là. La conférence aura lieu dimanche, 3 avril, de 14h15 à 15h15 dans la salle de conférence du salon VeggieWorld. Il y a 4 intervenants. La première est Mathilde Laconche, monteuse, réalisatrice, scénariste, productrice. Elle a réalisé « Des milliards de toi mon poussin », une excellente critique. Mathilde Laconche met en scène deux adolescents qui mènent des actions en faveur des animaux qu’ils considèrent comme leurs cousins. C’est original. Le deuxième intervenant est Bruno Blum, journaliste, musicien, dessinateur, peintre et photographe. Il est principalement connu pour son travail dans le domaine du reggae et du rock, on le surnomme Doc Reggae, yo man. Il présentera le jour même  »Cabaret Vegan », musique de culture biologique garantie jouée sans machines par des musiciens vivants élevés en plein air. Oui ça donne le ton. Cabaret rock, soul, reggae et chansons francophones originales dont plusieurs à la gloire potagère des fruits et légumes. Bon, c’est certain nous y serons. Le troisième intervenant est Guillaume Corpard, écrivain, musicien, compositeur. C’est à Guillaume que nous devons  »My Life’s a Cage », ma vie est une cage, très bon film d’animation et de fiction qui pose la question de notre rapport aux animaux et de savoir si tout le monde peut devenir vegan, même les enfants. En chanson, le film retrace le cheminement des animaux de leurs lieux naturels vers l’abattoir afin d’être transformés en viande;, le tout en poésie et en musique. Le dernier intervenant est : Magà Ettori. Hey ! Personne ne me prévient ? Comment ça on en parle depuis deux ans ? Si je suis sourd ? Pourquoi ? Ah le cri de la carotte … oui assez insupportable ! Toutes ces carottes sacrifiées à la Veggieworld, sur l’autel du bien-être, d’un mode de vie végane, plus sain, pour les animaux, mais aussi pour l’environnement et les humains. Ca va être terrible !

Magà Ettori, Paris, 27/03/2016

en partenariat avec http://www.paroledanimaux.com/

COP21, l’accord universel sur le climat a été adopté !

COP21 adopté (Magà Ettori - Blog)L’humanité est capable du pire et du meilleur. L’accord universel sur le climat a été adopté par les 195 pays réunis dans le cadre de la COP21, après deux semaines de débats.  Après d’intenses tractations pour conclure un accord devant donner une ampleur inédite à la lutte contre le réchauffement climatique, les délégations qui ont négocié jour et nuit sur la fin de la COP21, se sont retrouvées à 17H30 en vue d’une adoption formelle du texte. La séance plénière a débuté avec près de deux heures de retard, en réglant quelques problèmes liés à la conformité juridique et linguistique du texte. « Je regarde la salle, je vois que la réaction est positive, je n’entends pas d’objection, l’accord de Paris pour le climat est adopté! » Laurent Fabius a donc donné le coup de marteau marquant l’adoption formelle de cet accord, avant de donner la parole aux pays le souhaitant. Laurent Fabius, suscitant une standing ovation de plusieurs minutes, des embrassades, des cris de joie, dans toute la salle.   François Hollande est monté à la tribune, a tenu la main de Ban Ki-moon et celle de Laurent Fabius, tandis que la responsable climat de l’ONU Christiana Figueres et la négociatrice en chef de la France Laurence Tubiana se donnaient une longue accolade. « Nous acceptons ce texte sans amendement », a lancé une déléguée d’Afrique du Sud, représentante du groupe – déterminant dans les négociations − G77 + la Chine. « L’accord de Paris, c’est un grand pas en avant pour les pays en développement. » « Il est crucial que les pays développés renforcent leurs actions, et qu’il y ait un soutien suffisant aux pays en développement », a-t-elle tenu à rappeler.  Une première historique dans l’histoire de la gouvernance mondiale en matière d’environnement.  Un seuil de + 2°C… si possible de +1,5°C  Alors que la communauté internationale s’était accordée à fixer le seuil du réchauffement planétaire à 2°C, le texte fait mention d’un objectif plus ambitieux : celui de 1,5°C. Ce chiffre était une revendication notamment portée par les petits Etats insulaires, premières victimes potentielles face à la montée du niveau des mers. François Hollande, lors de son discours d’ouverture de la COP21 le 30 novembre, avait également déclaré «espérer» ce seuil.   Évidemment, le véritable objectif sera de maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 2°C , déjà un challenge de taille lorsque l’on sait que la somme des engagements des Etats achemine la planète plutôt sur une trajectoire de réchauffement de 3°C. Mais la mention du seuil de 1,5°C a au moins le mérite de donner corps à une plus grande ambition dans l’absolu. Des responsabilités «communes mais différenciées»  Les pays développés devront verser 100 milliards de dollars (91 milliards d’euros environ) aux pays en développement afin de les aider à faire face aux conséquences du dérèglement climatique. Cette somme est un «plancher», qui appelle donc à être relevé, «au plus tard en 2025».  Par ailleurs, si tous les pays ont des efforts à faire pour juguler le réchauffement climatique, ces efforts ne seront pas les mêmes partout. C’est un point auquel les pays en développement, comme l’Inde, tenaient particulièrement à défendre. Les pays du Nord doivent «assumer plus de responsabilités» car les pays en voie de développement doivent être «autorisés à se développer», avait fait valoir le Premier ministre indien Narendra Modi lors des négociations. L’accord fixe «l’importance de prévenir, minimiser et aborder les pertes et dommages associés aux effets négatifs du changement climatique, incluant les événements extrêmes et les événements à évolution lente, ainsi que le rôle, pour un développement durable, de la réduction du risque des pertes et dommages ». Mais il exclut toute «responsabilité ou compensation» des pays du Nord à l’égard des pays du Sud et évoque plutôt «l’entente» ou encore «le soutien» entre eux. Un objectif à long terme plutôt faible  Sur la base de «l’équité», les pays devront revoir leur copie tous les cinq ans afin de se fixer de nouveaux objectifs en matière de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Les ONG jugent néanmoins que les gouvernements devraient revenir à la table des négociations avant l’entrée en vigueur de l’accord en 2020. Quant à l’objectif à long terme de réduction des émissions mondiales, il est plus flou que dans de précédentes moutures du texte (qui parlaient de 40 à 70% de réduction d’ici à 2050), l’accord prévoit «dans la seconde moitié du siècle» de parvenir à «zéro émission nette» via «un équilibre» entre les émissions d’origine anthropique et leur absorption par des puits de carbone (naturels, avec les forêts ou via enfouissement du CO2). Les «100 milliards de dollars par an devront être un plancher pour l’après 2020», date d’entrée en vigueur de l’accord attendu à Paris, et «un nouvel objectif chiffré devra être défini au plus tard en 2025», a déclaré M. Fabius en présentant lors d’une séance plénière le projet d’accord final soumis par la présidence française de la COP aux représentants de 195 pays. Il reste de nombreux ajustements à faire, et cet accord n’est pas une finalité. Pourtant, aujourd’hui nos dirigeants nous ont permis d’entrer dans l’ère du bas carbone. Merci pour les générations futures.

Que contient l’accord de Paris ? Texte complet (PDF) : Accord de Paris

Jane Goodhall, Yves Duteil and Matthieu Ricard winners of the 25th Citizen of the World Artist Award

25e Prix Artiste Citoyen du Monde - SENAT 4 - MAGA ETTORI

© Jacques Viallon

On Thursday, December 10, 2015, on the occasion of the International Day of Human Rights, within the framework of the United Nations Convention on Climate Change (COP21),  »l’Institut Citoyen du Cinéma » proposed a symposium the support of Sen. Sylvie Goy Chavent at the Palais du Luxembourg (Senate) around Faeryland directed by Maga Ettori. On this occasion were announced by Souad Amidou, the winners of the 25th Citizen of the World Award Artist : Jane Goodhall – Yves Duteil – Matthieu Ricard. For reasons related to the organization of the meeting, the trophy designed by Gad Weil, at the request of the Minister of Ecology, was released the same day by Magà Ettori Jane Goodall at the City of Science. Other prizes will be awarded to Yves Duteil and Mathieu Ricard, during a ceremony held power in January 2016. The Citizen Film Institute founded in 1990 the “Citizen of the World Artist Award”, echoing the fundamental issues of the United Nations, namely to achieve international cooperation in solving international problems of an economic, social , cultural or humanitarian character and in promoting and encouraging respect for human rights and fundamental freedoms for all without distinction as to race, sex, language or religion. The “Artist Award Citizen of the World” award for the twenty fifth time, artists for their commitment to peace, living together, cultural diversity, the absolute freedom of conscience, biodiversity and respect for all life, harmony with nature, the defense and promotion of human rights as well as those of the animal kingdom. The sponsor of the Citizen of the World Artist Award is the Arkema Group