Archives de Tag: Assemblée de Corse

Joseph Castelli, une mise en examen pour recel d’abus de biens sociaux et corruption électrique

constructionJoseph Castelli, le sénateur de Haute-Corse inscrit au groupe RDSE (à majorité PRG), a dans un premier temps été mis en garde à vue au commissariat de Bastia où il est entendu par les enquêteurs du groupe financier de la police judiciaire concernant les conditions d’acquisition et de travaux réalisés dans sa villa de Folelli, puis mis en examen pour recel d’abus de biens sociaux et corruption. Le proche successeur de Paul Giacobbi, à la tête du Conseil Général de Haute-Corse avait vu son immunité parlementaire levée fin octobre par le bureau du Sénat (https://magaettori.wordpress.com/2015/10/29/leve-de-limmunite-parlementaire-du-senateur-de-haute-corse-le-systeme-giacobbi-seffondre/). Il est auditionné sur commission rogatoire d’un juge d’instruction du pôle économique et financier de Bastia. Les investigations portent – notamment – sur des soupçons de recel d’abus de biens sociaux au sujet d’une villa construite à Folelli. Une personne, faisant partie de l’environnement familial de Joseph Castelli, est également en garde à vue. En électricité  le fusible (abrégé de coupe-circuit à fusible) est un organe de sécurité dont le rôle est d’ouvrir un circuit électrique lorsque le courant électrique dans celui-ci atteint une valeur d’intensité donnée pendant un certain temps. Son nom vient du fait qu’il fonctionne par fusion d’un filament conducteur, sous l’effet de l’élévation de température provoquée par la surintensité. Un fusible a pour fonction la protection d’un circuit d’alimentation vis-à-vis de court-circuits ou de surintensités générées par une défaillance de la charge alimentée. Cette protection permet dans le cas général de garantir l’intégrité et la possibilité de remise en service du circuit d’alimentation, une fois le défaut éliminé, d’éviter les conséquences potentiellement catastrophiques qu’engendrerait une surintensité durable ou un court-circuit. Pour avoir une bonne visibilité de la politique en Corse il suffit de remplacer par des noms les termes :  »fusible, circuit électrique, surintensité, défaillance de la charge alimentée » mais surtout de déterminer qui est le circuit d’alimentation ? Mais revenons à Joseph Castelli qui a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire contre une caution de 200.000 € (le prix de l’expo Reza Deghati). Joseph Castelli a été mis en examen mercredi pour recel d’abus de biens sociaux et corruption, sur commission rogatoire du juge Thomas Meindl, du pôle économique et financier de Bastia. L’épouse de Joseph Castelli ainsi que trois entrepreneurs de la région seront également présentés au juge dans cette même affaire. Un climat décidément bien électrique dans le clan Giacobbi.

Langue corse et France Télévision, le mariage de raison

langue corse - via stella (Magà Ettori - blog) Grace au financement de la Collectivité Territoriale de Corse (667.000 €/an + aide à la production) on peut dire que la langue corse se porte bien sur les chaînes nationales éditées par le groupe France Télévisions. Mieux que les autres régions en tous cas. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) publie son « Rapport 2013 sur les chaînes nationales éditées par le groupe France Télévisions ». Outre de nombreuses informations sur l’offre de programmes, la protection des publics, les enjeux de société et le financement de la création, ce document comporte également un chapitre sur la contribution des chaînes du groupe France Télévisions à « l’expression des langues régionales ». Cette obligation, qui incombe à France 3 en sa qualité de chaîne des régions, présente de très fortes disparités selon les langues concernées. Ainsi, le rapport du CSA relève qu' »en 2013, France 3 a contribué à l’expression des principales langues régionales parlées sur le territoire métropolitain en diffusant un volume total de 378 heures et 32 minutes d’émissions sur les huit antennes régionales concernées (Alsace, Aquitaine, Bretagne, Corse, Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes). Mais s’ajoute à ce premier chiffre… 582 heures et 23 minutes en langue corse sur France 3 Corse Via Stella. Le total se trouve ainsi porté à 960 heures et 56 minutes, d’où une augmentation globale de 8,6% par rapport à 2012. Si l’on ajoute aux 582 heures et 23 minutes de Via Stella les 62 heures et 28 minutes de France 3 Corse, on obtient un total de 644 heures et 51 minutes en langue corse, ce qui représente 67% du total des émissions en langues régionales… auquel il convient de rajouter 539 heures et 35 minutes de programmes bilingues français-corse (+15% par rapport à 2012). Même si le CSA réfute une  »concurrence » entre régions, les autres langues se trouvent réduites à la portion congrue avec, en outre, des écarts importants selon les chaînes régionales : 112 heures et 29 minutes d’émissions en alsacien en 2013 (-2,4% par rapport à 2012), 69 heures et 8 minutes en langue bretonne (+1,4%), 58 heures et 45 minutes en langue provençale (-4,5%), 48 heures et 13 minutes en langue occitane (+9,4%), 19 heures et 6 minutes en langue catalane (+10,8%) et 8 heures et 20 minutes en langue basque (+245%), les basques captant il est vrai des chaînes basques espagnoles. Cette situation très spécifique de la langue corse tient au modèle particulier de Via Stella. Il s’agit en effet d’une chaîne de plein exercice, dont l’origine remonte au début des années 2000. Avec le développement de la TNT (télévision numérique terrestre), il était alors prévu de créer neuf chaînes régionales de ce type. Mais seule Via Stella a finalement vu le jour et a commencé à émettre en 2006. Avec une santé éclatante de la langue corse, on se demande vraiment pourquoi le Conseil Economique Social et Culturel de Corse refuse de remplir ses obligations légales (depuis 2005), à savoir publier un rapport de la présence de la langue corse dans les médias publiques ? Mystère…

Une messe cathodique au poil

Conchita - giacobbi (Magà Ettori - Blog)Il est assez rare que je passe une nuit devant ma télé, alors autant partager cette enrichissante expérience avec vous. Kendji,  Dave Navarro, Conchita Wurst et Paul Giacobbi dans la même soirée c’est énorme ; une nuit cathodique sous l’emprise du poil au menton. L’Eurovision d’abord. La France qui fini bonne dernière avec le groupe Twin Twin qui représentait la culture hexagonale avec un ersatz de mélodie stromaeienne avait misé sur  »la moustache ». Un vrai titre pour une vraie oeuvre, limite du plagiat. En toute logique, c’est la barbe qui a gagné, le seul scandale de la très lisse compétition. Conchita Wurst – Tom Neuwirth pour l’état civil autrichien – a gagné le concours de musique pop avec « Rise Like a Phoenix ». Le jeune travesti de 25 ans avait déjà mis d’accord la Russie et l’Ukraine sur un point : les deux pays belligérants ont signé une pétition, pour protester contre la participation à l’Eurovision de la femme à barbe. A l’origine de la pétition, Vitaly Milonov, le très barbu député russe à l’origine d’un récente loi homophobe. Le député Milonov qui estimait dernièrement que les forces de l’ordre françaises (dans le cadre mariage pour tous) étaient « des policiers SS ». C’est certain que Conchita Wurst dans ce concours branché, c’est un peu provocant pour un Vitaly Milonov, qui écrira une lettre au comité Eurovision de son pays, pour demander de ne pas envoyer de candidat à une « propagande éhontée de l’homosexualité et de la décadence spirituelle ».

Sur une chaine concurrente, c’était la grande finale pour  »The Voice ». Encore un gagnant barbu, Kendji. Un sourire ravageur, un sourire ravageur, et un … bon, oui, voilà quoi le public a toujours raison. Enfin pas toujours, la dernière saison l’élimination d’Emanuel Djob était un peu injuste, tant il avait survolé avec brio la compétition. On retrouvera Emmanuel Djob dans mon prochain film, là au moins on ne coupe pas les cheveux en quatre. Personnellement, j’ai une grande préférence pour les grosses voix, alors forcément quand on élimine Jacynthe Véronneau, puis plus loin Stacey King, Igit, Maximilien et Wesley pour en définitive garder Kendji, voilà quoi. En revanche c’est vrai que ce dernier a… heu… du rythme, une belle histoire (cendrillon moderne) et un sourire ravageur. A vu de barbe je dirais que Kenji a un public et qu’il va faire une grosse carrière.
En continuant mon zapping effréné, je tombe sur deux replays :  »Ink Master », diffusé il y a deux jours et  »ce soir (ou jamais !) » présentée par Frédéric Taddei.  »Ink Master » [bon sang qu’ils sont laids] ce sont 10 candidats qui s’affrontent à travers des épreuves de tatoueurs pour décrocher 100.000 $. Ce que j’ai retenu ? Pas grand chose : trois barbus, les membres du jury qui décernent un prix à un autre barbu, avec en prime une belle phrase de Dave Navarro (un jury) :  »toute l’encre que vous avez versé sert à écrire votre plus belle histoire ». Ok ça j’aime !
Dans  »ce soir (ou jamais !) », pas beaucoup de barbus pour le coup, mais au moins un barbant. Ah ! Paul Giacobbi est là ! Il glousse de joie, le député PRG de Haute Corse, Président de l’Exécutif de l’Assemblée de Corse, copain de qui vous savez (chut), et homme fort de la politique insulaire. Je ne sais pas pourquoi mais sa prestation me fait penser à ce film de Martin Scorsèse :  »Casino ». Vous savez  le passage où les vieux parrains demandent à Sam  »Ace » Rothstein (Robert de Niro) de se tenir tranquille et de se faire oublier et que Ace décide de devenir présentateur TV. Ace Giacobbi, est venu faire l’article du statut de résident, qui ne verra sans doute jamais le jour. Pour mettre fin à la flambée des prix dans l’immobilier, Ace … pardon la Collectivité Territoriale de Corse souhaite imposer une résidence d’au moins cinq ans avant de pouvoir acquérir un bien. Ace se vante de parler mieux l’anglais que le corse, avant de faire état des indigènes corses. Indigènes ? Quelle élégance, mais quelle classe ! Merci patron. Ce sera ensuite un coup de griffe au peuple corse, dont Paul Giacobbi réfute l’existence, et pour le reste tout roule. Il n’y a qu’une question qui aurait pu embarrasser le showman, celle du journaliste Périco Légasse qui lui demandait  »à qui va profiter le crime ? En d’autre terme, le statut de résident ne passera pas – car inconstitutionnellement inadapté – mais si jamais ça marche qui en profiterait ? Sans doute la mafia locale ? » questionne l’excellent journaliste. Pas de réponses. Dommage, c’était une question au poil.

Corée du Nord – Corse du Nord : même combat

NKOREA-POLITICS-KIMLe suspense insoutenable suivit par le Conseil Exécutif de l’Assemblée de Corse a trouvé une issue heureuse : En Corée du nord, Kim Jong-un a été élu dans sa circonscription du Mont Paektu avec 100% des voix et 100% des participants. Pas d’abstention au pied de ce volcan, berceau mythique de la nation coréenne. Le dirigeant  »suprême » Kim Jong-un était le seul candidat aux élections pour l’Assemblée suprême du peuple. Cette circonscription, qui porte le nom de code de  »111 », est le lieu de naissance de son père, Kim Jong-Il, selon la légende tressée par la propagande du dernier régime stalinien de la planète. Marchant sur les traces paternelles, le jeune trentenaire Kim a été élu sans coup férir. Une seule personne, désignée par le Parti des Travailleurs, est en effet autorisée à solliciter les suffrages dans chacune des 687 circonscriptions. Les électeurs, eux, n’ont qu’à choisir entre « oui » et « non » sur le bulletin de vote. Ce mode de scrutin a sourit au dictateur nord-coréen Kim Jong-Un. Commandant suprême des forces armées de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), président de la Commission de défense nationale, le troisième Kim du nom est donc désormais député. Paul Giaccobi Député de Haute-Corse et Président de l’Exécutif de Corse a fait savoir son admiration à l’endroit de Kim Jong-Un pour cette brillante élection. Lors des élections législatives des 10 et 17 juin 2012 de la 2e circonscription de la Haute-Corse Paul Giaccobi n’avait obtenu que 64,34 % des voix avec un taux d’abstention de 40,22 %. Favorable à la formation continue, on annonce un voyage prochain de toute la  »squadra Giaccobiste » dans la circonscription du Mont Paektu. Corée du Nord et Corse du Nord même combat, certains diraient même Haute-Corée et Haute-Corse même drame pour la démocratie.

Convention de développement cinématographique et audiovisuel 2011/2013

Collectivité Territoriale de Corse - L'HOMME LE PLUS MAFIEUX DE CORSE EST UN HOMMEL’intervention à la dernière session de l’Assemblée de Corse de Fabiana Giovannini (Femu a Corsica) concernant le Rapport n°193 (le petit frère du rapport n°116 : http://corsica-cinema.over-blog.com/pages/LA_FILIERE_CINEMA_EN_CORSE-3317900.html) qui fait état de la convention d’application financière 2013 relative à la convention de développement cinématographique et audiovisuel 2011/2013 entre l’Etat, la Collectivité Territoriale de Corse et le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée), nous semble d’une grande cohérence, et d’une vraie lucidité. Sauf pour les bilans clairs remis l’Exécutif et ses services qui donnent  »une bonne idée de la santé de la filière, de ses projets, de ses réalisations ». Ou alors c’est de l’humour au 33e degrés. Nous vous en donnons lecture : « Nous remercions l’Exécutif et les services pour ce rapport, les bilans clairs qui nous donnent une bonne idée de la santé de la filière, de ses projets, de ses réalisations. C’est un secteur bouillonnant de créativité qui confirme ce que nous ne cessons de rabâcher depuis le début de la mandature chaque fois que possible, à savoir qu’au lieu de se cantonner à la marge de l’économie corse il peut en devenir  un pilier, en tous les cas un secteur d’avenir que notre groupe juge pour l’heure insuffisamment accompagné. Et par accompagnement je ne parle pas seulement des aides financières qui peuvent être parfois conséquentes, mais aussi d’une réflexion générale qui permette de mieux structurer le secteur  afin de faire de notre île une « île référence ». Nous disposons d’un plateau de cinéma exceptionnel qu’est notre environnement et qu’offre notre climat. Cela n’est pas suffisamment perçu. C’est à nous d’en faire la campagne, d’agir pour mieux structurer les outils de productions, pour former, pour donner ce premier coup de pédale qui va lancer une dynamique générale pourvoyeuse d’emplois qualifiés, mais aussi porteuse d’images positives pour la Corse. C’est à nous aussi d’agir sur la création en orientant les choix des producteurs par des aides incitatives et par un échange continu avec la profession, sur ses problèmes, ses attentes, ses besoins. Toute cette réflexion et l’action qui s’en suit n’est possible que s’il existe un espace pour débattre des problèmes, élaborer un projet d’ensemble, anticiper aussi sur des choix qui pourraient être négatifs ou positifs pour l’image de notre île, prendre le pouls régulier de la filière. Or, à ce sujet, nous avons un peu le sentiment de parler dans le vide depuis le début de la mandature. Parce que cet espace existe pour élaborer cette réflexion en commun avec tous les acteurs de la profession d’une part, et les élus d’autre part ; il s’agit du Comité de suivi de la filière, mis en place en début de mandature puisque notre groupe a désigné ses propres représentants, mais qui ne s’est jamais réuni. Nous vous avons relancé à plusieurs reprises à cet effet, vous nous avez approuvé, sans pour autant donner suite. Pourquoi ? Quel est votre sentiment à ce sujet ? Il y a peut être un problème que nous n’avons pas perçu. Eclairez-nous ! L’Exécutif ne perdrait aucune prérogative, la filière y gagnerait en coordination et cohérence et en sentiment d’être consultée, et notre région disposerait de cet espace à même de donner davantage de sens aux orientations du secteur et davantage de dynamique économique aussi. Un exemple illustre parfaitement mon propos. Le changement de procédé dans l’attribution des subventions qui apparaissait dans le rapport initial. À ce sujet, nous avons interrogé en commission les services qui nous ont dit :

– qu’il n’y avait pas d’abus constatés de la part des projets aidés qui ont bien été conduits à leur terme.

– Que les contrôles effectués avant et après étaient bien faits par un « Comité technique indépendant ».

– Que nos attributions (et c’est précisé en clair dans votre rapport) sont conformes au droit européen.

Alors pourquoi dans un premier temps avoir voulu modifier ces règles ? Heureusement, nos remarques et celles de la profession qui ont du vous remonter depuis je susppose, vous ont fait revoir les choses au travers des amendements proposés aujourd’hui. Ouf ! Car cette décision d’inverser la logique de versement des aides entre le premier acompte et le règlement du solde, aurait pu se révéler en effet néfaste en mettant à mal les trésoreries des sociétés de production et donc en freinant leur capacité créative. C’est à dire que c’est la dynamique économique et culturelle de la filière toute entière qui aurait été mise à mal. Donc nous accueillons favorablement vos amendements, quoique nous aurions préféré maintenir les conditions du précédent exercice pour ces mêmes raisons. Je rappelle que le premier acompte s’élevait précédemment à 75%. Ceci dit, notre groupe juge vos amendements insuffisants sur un poste. C’est pourquoi nous proposons nous aussi un sous-amendement concernant l’aide à l’écriture et au développement. En effet on est là dans un domaine technique. L’aide au développement nécessite une grosse impulsion dès le départ car les frais qu’ils requièrent sont importants. Il faut des avances fortes. Et l’on retrouve les difficultés de trésorerie dont je vous parlais tout à l’heure. Nous vous demandons donc, afin de ne pas fragiliser la filière sur ce point particulièrement délicat de l’aide au développement où les besoins sont grands, de fixer le pourcentage de premier acompte à 60% avec un solde en fin de travaux, sur justificatifs bien sûr (encore une fois le premier acompte était de 75% précédemment). Nous voudrions aussi attirer votre attention sur ce solde des aides versées en fin de travaux. Nos procédures sont longues, très longues, et il ne faudrait pas constater les mêmes difficultés rencontrées par les associations aujourd’hui. Vous le savez, certaines associations voient leurs aides honoré un an, parfois un an et demi après l’événement réalisé ! Ce qui les met dans des difficultés inextricables, les structures s’endettent et finissent par licencier et donc renoncer l’année suivante aux évènements qu’elles avaient réussi à pérenniser ! Nous vous demandons de veiller à ne pas rentrer dans ce travers avec les sociétés de production audiovisuelle. Le résultat immédiat serait un affaiblissement de leurs trésorerie, donc une remise en cause des projets. Tout le contraire de ce que notre groupe vous demande depuis le début de notre mandature à savoir mener une action offensive pour dynamiser la filière. Alors, merci de veiller à ce type de dérives, merci pour les amendements proposés et s’il vous plaît, Monsieur le président, acceptez notre amendement afin de ne pas trop affaiblir cette filière qui plus est dans une période de crise qui ne peut qu’aggraver leur fragilité. Nous vous remercions. »

Le dormeur du Valls, au pays des idiots

COMMUNIQUE FLNC (Magà Ettori - Blog)

–  »Pointure ? », mon hésitation dû être suffisamment longue pour que le gardien de la paix lève les yeux de son écran, et me toise sans vergogne. Sachant que la toise correspond à six pieds soit deux verges (quatre verges égalent aussi trois aunes), je le toise à mon tour. Le policier insiste :

–  »il me faut votre pointure, vous savez si l’on retrouve votre cadavre ça sert à l’identification ».

Sur le moment ce n’est pas seulement la rudesse des mots non choisis qui me posent un problème, mais en bon scénariste je m’imagine allongé sur une table en inox dans une chambre froide, déplumé comme une dinde de noël que l’on s’apprête à décortiquer, et le brave agent me triturant les pieds, qui s’exclame avec grande satisfaction :

–  »Oui génial, c’est un bon 43, c’est mon client ! Il avait reçu des menaces de mort et j’ai pris sa plainte la semaine dernière… Si c’est un mafieux ? Non, non, lui au contraire il dénonçait la corruption, et l’affairisme… il avait été élu et il avait claqué la porte à cause des magouilles… non je ne pense pas que ce soit en rapport, en revanche il s’apprêtait à sortir un film sur la mafia et ça devait gêner ».

Vous me direz que j’interprète, que j’enjolive, que je customise, qu’en fait la réplique la plus logique dans la chambre froide devrait ressembler d’avantage à ça :

–  »Sa pointure ? Rien à faire je le connais ! Un mafieux ? Non. Un emmerdeur certainement. Yo racaille touche pas à mon sandwich ! Ouais mais c’est mon repas, alors tu bouffes tes chips à la figatelle ».

Pourquoi je les vois en train de manger dans la morgue ? Je ne sais pas, trop de films américains peut-être, à moins que ce soit en rapport avec les mangeurs, les profiteurs, les mafiosi quoi ! Il faudrait que j’en parle à un psy, même si c’est une profession un peu étrange. L’autre soir un ami m’en présente un (de psy) dans une soirée, et le voilà qui se met à déclamer un poème :

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.
Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Le psy précise qu’il s’agit d’un poème d’Arthur Rimbaud. Ah d’accord ! Quand il disait :  »il a deux trous rouges au côté droit », moi je m’imaginais qu’il parlait de John Rambo, ou d’un autre meurtre en Corse. Le psy me toise. alors tout de suite je le prends dans mes bras et je sanglote.

–  »43, je chausse du 43 ! »

–  »9-3, vous voulez dire ou bien 13, je sais qu’à Marseille on tire à la kalachnikov, mais le 43 Magnum c’est plus rare ! »

Comme je sanglote, le psy me dit doucement :

–  »C’est terminé Johnny ! C’est Terminé ! »

– Rien n’est terminé ! Rien ! Tout continue à cause de vous ! C’était pas ma guerre ! C’est vous qui m’avez appelé pas moi ! J’ai fait ce qui fallait pour gagner ! Mais on a pas voulu nous laisser gagner ! Et j’suis revenu dans le monde ! Et j’ai vu ces larves m’attendre à l’aéroport ! Me conspuer comme un criminel ! Ils m’ont traité de toutes les saloperies, ils m’ont appelé « Le boucher » ! Qui sont-ils pour me faire des reproches hein ?! Qui sont-ils ? Est-ce qu’ils étaient à ma place en pleine jungle ?! Ils nous jugent et ils parlent !

– C’est un moment dur pour tout le monde Rambo. Tout ça c’est du passé maintenant.

–  Pour vous !!! Pour moi la vie civile c’est rien ! Au combat on avait un code d’honneur, tu couvres mes arrières j’couvre les tiens ! Mais ici y’a plus rien !

–  Tu es le dernier d’un groupe d’élite, ne finis pas comme ça.

–  Là-bas je pilotais un avion de chasse, j’pouvais conduire un tank ! J’avais en charge un million de dollars de matériel mais ici j’arrive pas à avoir un boulot de gardien de parking !!! Raaah ! [je pleure] Où ils sont tous ? Où ils sont ? Mes amis…

Les amis, c’est tous les amis. Prenez Christiane Taubira par exemple, elle en a plein d’amis (parfois gênant en tant que Garde des sceaux). En ce moment, Madame la Ministre de la Justice est particulièrement proche du Ministre de l’intérieur Emmanuel Valls (rien à voir avec Rimbaud, quoi que…). Proche également de Paul Giacobbi, Madame Taubira déclarait à l’Express (N°3098 semaine du 17 au 23 novembre 2010) à propos de l’actuel Président de l’Exécutif de l’assemblée de Corse :

–  »Nous siégeons côte à côte depuis 2002 à l’Assemblée Nationale, j’ai pour lui une vraie  amitié et une complicité intellectuelle, nourrie des dossiers sur lesquels nous avons travaillé ensemble, comme celui de l’indemnisation des victimes des essais et des accidents nucléaires. Il est le seul avec qui j’ai plaisir à boire un chocolat à la buvette de l’Assemblée Nationale ! Je suis allée souvent en Corse où, grâce à Paul, j’ai obtenu un score magnifique à l’élection présidentielle de 2002. »

Manuel Valls est lui moins romantique, il a entendu les corses qui parlaient, ceux qui ne parlaient pas, et les autres, et en a déduit des choses que lui seul sait, mais qu’il ne dira pas. Enfin pas à nous.

 Ce qu’il dira en revanche aux journalistes de Corse-Matin, concernant Paul Giacobbi c’est :

–  »Les gens élisent des personnes, nous sommes obligés de travailler avec eux ».

Pas très sympathique. Au moins personne ne pourra accuser Manuel Valls de faire du favoritisme ou de jouer la montre dans les affaires gênantes, comme celle des gîtes. Pour ceux qui n’ont pas suivit l’affaire des gîtes il s’agit de 360 000 euros de subventions du Conseil général de Haute-Corse, destinés à la réalisation de gîtes ruraux, qui auraient été détournés. Une affaire très embarrassante pour Paul Giacobbi, Président du Conseil général de Haute-Corse au moment des faits. Mais Paul Giacobbi n’est jamais embarrassé très longtemps et il sait monopoliser l’attention de l’opinion publique vers le néant (c’est à dire la proposition inapplicable comme le Statut de Résidents). Une plainte pour discrimination et racisme a été déposée contre Paul Giacobbi, qui s’est prononcé en faveur de restrictions à « l’accès à la propriété foncière en Corse pour les non résidents ».

Suite à quoi le député PRG s’étonne et s’indigne même au micro de France 3 Corse du retentissement trouvé par sa proposition estivale :

– « On se massacre en Syrie et mes propos suscitent un tel matraquage, c’est incroyable !, commente Paul Giacobbi. Nous sommes dans un pays d’idiots. »

La grande classe quoi, et une fin de non recevoir à ceux qui pensent que Paul Giacobbi n’est pas une pointure (43 ?), ou qu’il s’endort sur les lauriers du dormeur du Valls. Il semblerait au vu du dernier communiqué du FLNC, que tout le monde ne soit pas du même avis.

Ciao Tony Soprano

« Il se peut qu’un jour tout soit oublié, passé à la trappe ; ce jour-là, nous nous souviendrons encore de Tony-Gandolfini luttant contre l’absence de face et le défaut de souffle. Est-il seulement possible de ne pas étouffer, à la télévision, quand on a son envergure ? Envisageable d’y montrer un visage ? L’usure des naseaux et les chavirements de l’expression trahissent une peine. Ça ne va pas. Je suis épuisé. Je vais continuer. Je n’en peux plus. Plains-toi, Tony. Plains-toi tellement que Carmela, l’épouse à la patience pourtant proverbiale, ne pourra pour finir que s’en plaindre à son tour. » (Passion de Tony Soprano – Emmanuel Burdeau)

James Gandolfini (Magà Ettori - Blog)

Non le parrain du New Jersey, ne passera pas à la trappe.  Oui James Gandolfini alias Tony Soprano pendant six saisons est décédé hier d’une crise cardiaque à Rome. Cette série saluée comme le meilleur programme de l’histoire de la télévision, a eu pour effet de mettre en lumière tout le talent de James Gandolfini. Né en 1961 dans le New Jersey au sein d’une famille italo-américaine, James Gandolfini commence à jouer dans des pièces de théâtre dès le lycée. A l’université, tout en étudiant la communication, il travaille comme videur dans un pub de la fac et comme barman. En 1993, on le remarque, dans la peau du tueur mafieux Virgil dans  »True Romance » de Tony Scott sur un script de Quentin Tarantino. Il collabore de nouveau avec Tony Scott dans  »USS Alabama » (1996) où il tient le rôle d’un officier de sous-marin dissertant sur les meilleurs films du genre. Il enchaîne les rôles  »Get Shorty »,  »She’s So Lovely »,  »8 mm », généralement de tueur italo-américain costaud. C’est en 1999 qu’il est engagé pour tenir le rôle principal de la série Les Soprano grâce à son rôle dans  »True Romance », celui de Tony Soprano, boss mafieux implanté dans le New Jersey. Du sur mesure. Après une crise d’angoisse, Tony va suivre une psychothérapie qui va changer sa vie. Réaliste, drôle, vivante, sorte de pendant des  »Affranchis » (avec un caméo de Martin Scorsese et tous les acteurs des Affranchis), la série connut unTony Soprano (Magà Ettori - blog) succès mondiale, une audience incroyable et un retentissement critique peu commun. James Gandolfini remporta avec ce rôle un Golden Globe, un Emmy Award et trois Grammy Awards à James Gandolfini. La série s’arrêta en 2007 à sa sixième saison. Depuis, on l’a vu au cinéma dans  »L’Attaque du métro 123 » (2009),  »In The Loop » (2009),  »Max et les Maximonstres » (2009),   »Welcome to the Rileys » (2010)… Il a produit deux documentaires :  »Alive Day Memories : Home from Iraq » (2007) sur les vétérans d’Irak, et  »Wartorn » : 1861-2010 (2010) qui analyse le traumatisme des soldats américains de retour de guerre depuis la Guerre de Sécession. Il y a un an on l’a remarqué au Festival de Cannes dans le rôle de Cogan pour  »Killing them softly » avec Brad Pitt, puis en boss de la CIA dans  »Zero Dark Thirty ». Dans l’un de ses derniers films,  »Not Fade Away », premier long-métrage de David Chase (décembre 2012, inédit en France), il jouait le père du héros, un jeune homme rêvant de rock dans le New Jersey des années 60. Le Boss, Tony Soprano a réussit à décrocher sa place de Capo del Capi, méchant des méchants, chef des affreux, dans le très convoité Panthéon du 7eme art, et à rendre immortel le fabuleux James Gandolfini. Grâce lui soit rendue, ciao Tony Soprano !