Archives de Tag: antispéciste

ANIMAWALK, marchez, c’est pour la cause

P1011348.JPGJe ne sais pas si vous avez remarqué mais depuis quelques semaines la toile est en feu. Oh pas besoin d’appeler les soldats du feu, il s’agit simplement des militants animalistes, antispécistes, véganes et autres végétariens qui se tirent dessus à boulets rouges. Les Veggiemous contre les vegggiedurs, les uns étant trop ceci, les autres trop cela, des mimous et des midurs, certains adorent la grande carotte, d’autres le chou de Bruxelles, certains ont la bulbe fragile, d’autres pensent que la graine de chia étant riche en fibres alimentaires et en oméga-3 est un meilleur superaliment que le sésame. Sous réserve bien entendu que ce soit du chia pâle, parce que s’il est trop brun… il est …. il est … fatiguant ? Ridicule ? Inutile ?  Toxique ? Castrateur ? Nooooon, je parle du chia pas des attaques contre les personnes qui prolifèrent sur les réseaux sociaux. Je ne suis pas concerné par les grand.e.s  énérvé.e.s de la cause animale qui s’entredéchirent  sur la toile. Mais pourquoi tant de Nems ? A chacun sa mauvaise raison. Les responsables d’associations, et d’une manière générale tous ceux qui prennent des initiatives, ou ont le malheur d’être trop visibles seront bientôt victimes des haters (ne pas confondre avec les hâteurs qui sont des rôtisseurs, ça ne va pas le faire). Personne n’y réchappe. Surtout pas Aymeric Caron qui a pourtant montré patte blanche depuis longtemps. Voici un passage de son livre que j’apprécie particulièrement ANTISPECISTE, page 209 paragraphe :  » antispécisme Caron (Magà Ettori - Blog)Pourquoi les véganes extrémistes sont-ils en vérité spécistes » : Monsieur Caron, vous défendez les droits des animaux. Mais êtes-vous vegan au moins ? Cette question elle m’a été adressée des centaines de fois. Sans compter Untel qui se plaint sur les réseaux sociaux que j’ai raconté dans un précédent livre de ne pas avoir encore réussi à me passer totalement de chaussures en cuir ou unetelle qui délire en certifiant que je mange du foie gras… Il m’a même été reproché  ma participation à un jeu télévisé au prétexte que des animaux y étaient, non pas tués mais utilisés : des insectes dans des bocaux, des serpents et des tigres dans le décor… Mes contempteurs fermaient les yeux sur le plus important : le fait que j’étais capitaine d’une équipe qui a, ce soir-là, joué pour une association de protection animale antispéciste pour laquelle nous avons remporté 13 000 euros, et qui a eu les honneurs du prime time sur la plus grande chaîne publique, ce qui ne s’était jamais vu auparavant. Ne pas comprendre le bénéfice pour les animaux d’une telle action relève de l’aveuglement. Entre les interrogations accusatrices des uns et les affabulations des autres, il n’est pas toujours simple de faire partie de la grande famille des défenseurs des animaux. Certains militants ont la désagréable manie de chercher à démontrer que vous n’êtes pas assez vertueux et, donc, que vous êtes indigne de la Cause. Chacun peut entrevoir les dangers d’un tel tribunal. Etre antispéciste ne signifie pas que l’on a signé une charte de bonne conduite en 20 ou 30 points. Cela implique une cohérence, mais laisse également des questions en suspens. » Oh je vous vois venir, vous vous dites : « ah Magà doit bien avoir son lot de haters également, c’est la raison de ce billet… » et bien oui, et non. Dans cet espace que le réseau – blanc et bleu – m’alloue en me faisant croire que je suis chez moi, j’aime bien que les invités s’essuient les pieds sur le tapis avant d’entrer et pas sur les rideaux du salon. Dans ce cas-là, je ne suis pas très long à réagir. Il y a une petite touche « bloquer », je vire vite la ou le malpoli de mon champ de vision, et généralement le combat cesse faute de combattants. Bon pas complètement généralement les blackboulés contient à remuer du clavier, à s’esclaffer, à me vilipender, à fouiller mes blogs et ma vie comme on fait les poubelles, à travestir la vérité à défaut de trouver des dossiers compromettants. Les échos d’une bataille qui n’aura pas lieu, me parviennent par des amis inquiets : « ils veulent te punir mais c’est eux qu’ils punissent ». C’est vrai et c’est dommage, passé cette crise d’adolescence ce sont certainement des militants dignes d’intérêt. Mais que faire ? Loin de mon espace vital, ils continuent à se justifier, ils veulent exister, et prouver que oui, ils ont eu raison de se faire virer, oui ce sont des victimes, et oui l’autre, l’affreux doit avoir quelque chose sous le tapis. Donc pas de retour possible, mais que d’énergie dépensée pour des personnes qui se disent animées d’empathie et de bienveillance, que de temps gâché qu’ils pourraient utiliser à un militantisme actif et constructif. – « Et toi alors tu fais quoi pour ne pas être un végane extrémiste qui serait en vérité un spéciste ? »  Alors, première étape, je ne fréquente que des gens fréquentables. Il doit y en avoir pas mal, puisqu’à la dernière Veggieworld sur le millier de personnes présentes, j’en connaissait personnellement près de la moitié.  Oui, étant donné que je ne connais que des gens bienveillants et intelligents, le problème ne se pose pas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il faut dire que des gens bienveillants et intelligents, il y en a une grosse concentration au sein de VEGAN MARATHON. Prenez la dernière action. L’Ong VEGAN MARATHON fait une fois encore preuve d’originalité de créativité positive en proposant l’ANIMAWALK. Les samedi 28 octobre et dimanche 29, la section marche de VEGAN MARATHON organise une marche pour les animaux : ANIMAWALK. Le principe d’ANIMAWALK est de communiquer positivement pendant une journée autour de chez vous, où que vous soyez dans le monde, avec un tee-shirt, une pancarte, une banderole, un flyer, tous les supports, ce que vous voulez. Vous pouvez marcher en famille, seul.e ou avec votre compagnon à quatre pattes, avec des ami.e.s ou des collègues, sur une grande ou une petite distance, en ville ou à la campagne, à la mer ou à la montagne. La seule obligation étant de porter un message positif, d’amitié, d’amour, d’empathie, pour les animaux. ANIMAWALK est soutenue par AIO – VEGAN MARATHON MAGAZINE, vous pouvez faire parvenir vos photos et raconter votre marche. Les photos les plus belles et les récits les plus drôles et les plus positifs seront publiés sur AIO – VEGAN MARATHON MAGAZINE. Voilà qui est simple, à la portée de tous, et qui permettra aux incendiaires de la toile de se focaliser sur d’autres cibles que les copains de la Protection Animale. Comme disent les membres de VEGAN MARATHON : à vos affiches, à vos baskets, respirez, riez, marchez, c’est pour la cause, AIO !

Magà Ettori, Paris, 13/10/2017

 en partenariat avec http://www.paroledanimaux.com/

 

Publicités

La question animale dans le champ politique

Cette campagne des législatives est remarquable. Non sans difficultés, les candidats des partis animalistes, antispécistes et alliés se battent bec et ongles pour faire émerger la question animale dans le champ politique. La tache est rude et personne ne leur fait de cadeaux dans les camps en face. Dans un tel contexte, il est irresponsable à quiconque se réclamant de nos mouvances, de régler des comptes personnels, problèmes de personnes et autres. J’ai assisté à des échanges peu sympathiques hier soir, sur un groupe [important] lié au mode de vie végane, qui me semblaient avoir pour objectif de déstabiliser un candidat. Il faut prendre sa B12, sa respiration et réfléchir avec sa tête. Ce n’est pas ainsi que l’on aide la cause animale. Je me suis désinscrit de ce groupe, et j’invite au boycott tous mes ami.e.s, qui à l’avenir seront témoins de ce type de comportement (et ce peu importe le groupe, lettre d’informations, page,…). Soyez vigilant, et gardez toujours à l’esprit que cette cause nous dépasse, et que de notre union dépend la vie de milliard d’êtres.