Archives de Catégorie: CULTURE

c’est dur d’avoir toujours raison

Une journaliste me sollicite hier, pour participer à une émission qui traite du véganisme et du régime végétalien. Elle finit par mettre fin à notre conversation, d’un manière peu courtoise. Bon c’est vrai, si j’avais été plus candide, qui sait ? Mais bon, je ne suis plus dupe. Quand elle m’explique qu’une « nutritionniste » Béatrice de Raynal est l’invitée de l’émission, et qu’elle me demande si je veux intervenir, j’ai mon lanceur d’alerte personnel qui est en panique. Le petit ange sur mon épaule me dit : « mayday, mayday, mayday,  on va se crasher ». La fin de la conversation a donné raison au petit ange, il ne fallait pas attendre de bienveillance de cette émission :

– Magà : Juste une petite question, madame de Raynal n’est pas végane, pourquoi l’avoir choisie comme invitée pour parler de ce sujet plutôt qu’une nutritionniste végane ?

Journaliste : Oui mais elle est capable d’en parler.

– Magà : Oui, comme moi je peux parler de Carl Lewis. Et encore dans mon cas il n’y a pas de conflit d’intérêts, je ne convoite pas dix médailles olympiques. Ma question est pourquoi pas une vraie nutritionniste végane ?

– Journaliste : Ce n’est pas le principe de l’émission nous allons parler santé et alimentation avec elle puis évoquer le régime végan.

– Magà: Quel est le principe de l’émission ? Une émission à charge contre l’alimentation végétalienne ? Nous connaissons le point de vue de madame de Raynal. La viande est pro inflammatoire, quand elle suggère de manger de la viande tous les jours c’est une aberration. C’est un exemple parmi les autres des publications ou propos de Mme De Raynal. Par ailleurs son CV n’est absolument pas garant de probité. Si vous voulez une nutrithérapeute et naturopathe de qualité, j’en connais une qui vient de sortir un livre brillant et qui sera plus crédible que Béatrice de Raynal, mais ce n’est peut-être pas le format de l’émission ?

– Journaliste : bip, bip, bip (plus personne).

– Le petit ange sur mon épaule : c’est dur d’avoir toujours raison, GO VEGAN !

Publicités

La question animale dans le champ politique

Cette campagne des législatives est remarquable. Non sans difficultés, les candidats des partis animalistes, antispécistes et alliés se battent bec et ongles pour faire émerger la question animale dans le champ politique. La tache est rude et personne ne leur fait de cadeaux dans les camps en face. Dans un tel contexte, il est irresponsable à quiconque se réclamant de nos mouvances, de régler des comptes personnels, problèmes de personnes et autres. J’ai assisté à des échanges peu sympathiques hier soir, sur un groupe [important] lié au mode de vie végane, qui me semblaient avoir pour objectif de déstabiliser un candidat. Il faut prendre sa B12, sa respiration et réfléchir avec sa tête. Ce n’est pas ainsi que l’on aide la cause animale. Je me suis désinscrit de ce groupe, et j’invite au boycott tous mes ami.e.s, qui à l’avenir seront témoins de ce type de comportement (et ce peu importe le groupe, lettre d’informations, page,…). Soyez vigilant, et gardez toujours à l’esprit que cette cause nous dépasse, et que de notre union dépend la vie de milliard d’êtres.

Dissonance cognitive

A cause de l’élection présidentielle, nous risquons de vivre un grand moment de dissonance cognitive. Mais qu’est-ce que ce terme barbare ? Disons que lorsque les circonstances amènent une personne à agir en désaccord avec ses propres convictions, cette personne éprouve un état de tension inconfortable appelée dissonance, qui, par la suite, tendra à être réduit. L’individu est à la recherche d’un équilibre qui, une fois rompu, génère un état de stress, lequel motive à son tour une justification. Aussi étonnant que cela puisse paraître, lorsque nous agissons contrairement à nos convictions, nous avons ainsi tendance à justifier nos actions et à adapter nos opinions à nos comportements. Prenons par exemple la relation des humains ayant une alimentation carnée. Plus de la moitié des foyers français comptent un ou plusieurs animaux de compagnie. Chiens, chats principalement, membres à part entière de la famille. On les aime, on prend soin d’eux et les considère. Sauf quelques sociopathes, les personnes qui vivent avec des animaux répugnent à faire du mal à des êtres vivants, et ont un dégoût absolu des abattoirs. Dès lors comment font-ils pour se justifier à eux-mêmes de manger des animaux ? Cette paix de l’esprit peut être obtenue de trois manières :

1 – en changeant de comportement, pas évident.

2 – en justifiant l’acte mais en aménageant la cognition conflictuelle. Ca donne je mange de la viande, mais de temps en temps.

3 – en justifiant le comportement mais en ajoutant de nouvelles cognitions. Par exemple : tout le monde chez moi mange de la viande c’est bon pour la santé, et puis l’homme est un prédateur comme le lion.

Oui bon, vous me ferez signe la prochaine fois que vous attrapez une gazelle au supermarché du coin. Ceci-dit, voilà ce que l’on appelle de la dissonance cognitive. Les lobbyistes de l’agro alimentaire nous donnent des arguments pour nous auto-programmer, laissant croire que les humains sont historiquement, culturellement et physiologiquement des  omnivores. et puis il y a l’habitude, la tradition. C’est important de consommer des produits identitaires. La preuve : « Je ne remettrais cependant pas en cause la pratique du gavage pour ne pas fragiliser plus encore nos producteurs de foie gras et pour qu’ils continuent d’exporter leurs produits dans le monde entier », répondait Marine Le Pen au « collectif  Animal Politique ». En novembre dernier, cette coalition de 26 associations françaises dédiées à la cause animale a présenté son manifeste afin de porter la question de la condition animale au cœur des enjeux politiques. 39% des Français inscrits sur les listes électorales affirment que les propositions des candidats en matière de protection des animaux pourraient influencer leur vote à l’élection présidentielle. Ce chiffre a a du convaincre 7 des 11 candidats de répondre aux questions du collectif. Mais je digresse, revenons à  la dissonance cognitive. Les humains ajustent a posteriori leurs opinions, croyances et idéologies au comportement qu’ils viennent de réaliser. Ainsi, si habituellement, nous nous attendons à ce que l’Humain soit un être rationnel qui agit sur la base de ses convictions, ici le lien est inversé : l’Homme justifie après coup son comportement en ajustant ses convictions à ce comportement en « animal rationalisant ». Ok, d’accord. Une aparté sur Marine Le Pen car c’est franchement inquiétant cette histoire. Vous conviendrez qu’elle ne devrait pas être élue présidente de la République ? Pour plusieurs raisons à commencer par ses affaires judiciaires. La valeur d’exemplarité ouch ! C’est vrai que le monde politique est en pleine déliquescence. Nous pensions avoir atteint le nirvana quand le ministre du Budget en fonction a été condamné à trois ans de prison ferme pour évasion fiscale. Et pourtant non, les affaires se multiplient. Le Front national en a six en cours : les assistants parlementaires européens, le financement des campagnes, le patrimoine sous-évalué de Marine et Jean-Marie Le Pen, la diffusion des exactions de Daech, les assistants du Nord-Pas-de-Calais et les documents policiers. Je veux bien la présomption d’innocence, mais là il y a de l’abus. Les français savent que ce serait  mal d’installer le FN aux affaires, mais le risque est là. Il ne s’agit pas d’un épouvantail, pour orienter les votes. Certains ont joué aux apprentis sorciers. Au lendemain du deuxième tour des élections, le très gaulliste Dupont-Aignan pourrait être premier Ministre, et Marine Le Pen présidente. Une entourloupe de plus. L’histoire en compte tellement. Vous voulez que l’on reparle de l’état d’urgence ? Ou des élections fédérales allemandes de 1933 ? L’installation du parti nazi et du chancelier Hitler, ont conduit à la dissolution du parlement et à l’Acte générateur, qui donna au Reich des prérogatives illimitées. Il suffirait donc d’une crise sécuritaire pour donner les pleins pouvoirs au parti le plus xénophobe et raciste de l’Hexagone. La France en guerre contre Daesh, va t’elle faire de Marine Le Pen le chef des armées ? Qui sait. Au lendemain du 7 mai, il risque d’y avoir pas mal de tensions et de dissonances cognitives.

Magà Ettori, Dublin, 29/04/2017

en partenariat avec http://www.paroledanimaux.com/

 

L’histoire d’une renaissance

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vegan Marathon c’est l’histoire d’une renaissance. Magà Ettori, a 45 ans et pèse 140kg, il fait des apnées du sommeil (potentiellement mortelles) et de l’hypertension. Magà a toujours souhaité participer à un marathon mais à la suite d’un accident, puis de greffes d’organes qu’il a dû subir, il a arrêté le sport. Pourtant son vieux rêve persiste, plus présent que jamais. Il se confie à un ami coach sportif, qui arrive à le convaincre que le pari est possible et que Magà – qui est vegan – pourrait courir pour lui et pour la cause animale. Magà Ettori est prêt à relever le défi. Il espère revenir au top de sa forme, perdre une quarantaine de kilos et vaincre le mur du Marathon de Paris, la course mythique de 42,195 km.

PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/VeganMarathon/

SITE VEGAN MARATHON : https://veganmarathonlefilm.wordpress.com/

#VeganMarathon

« Mémorial », nouveau recueil de Jacques Renucci

jacques-renucci-memorial

Comme l’écrivait René Char « La poésie est de toutes les eaux celle qui se mire le moins au reflet de ses ponts ». Le poème peut vivre sans le poète qui l’a conçu. Il est des auteurs qui n’ont pas besoin de battage médiatique pour proposer des œuvres qui se suffisent amplement à elles-mêmes. Jacques Renucci a la chance (ou les capacités intellectuelles) d’être de ceux-là. Au fil des années, page après page, livre après livre, il dessine une Corse de l’âme, une Corse des profondeurs, traversée aussi des inquiétudes du moment. C’est par conséquent à coup sûr l’un des événements de l’année littéraire dans le domaine de la poésie : la sortie du nouveau recueil de Jacques Renucci, publié par les Éditions Clémentine : « Mémorial suivi de Carnet d’attente ». Le lectorat fidèle que cet auteur hors normes  a conquis attendait impatiemment une suite à « Rencontre » et à « L’avant-pays », écrits avec la complicité artistique du peintre Toussaint Mufraggi. Il ne sera pas déçu, tant l’auteur, dans une langue toujours aussi superbe et dense, fouille les thèmes qui lui sont chers : l’emprise de l’espace insulaire, la transmission et la perte, la mémoire à la fois douloureuse et porteuse d’espoir, la nature et l’humain, la mort et l’espérance, le poids de l’histoire et la dépossession… « Mémorial » attend de qui le lit un niveau d’exigence égal à celui qui a présidé à sa conception. Cette exigence de vérité que Jacques Renucci a toujours portée en avant comme journaliste, il l’applique à sa relation sans concession avec le monde, comme avec son être intime. Une fois qu’on franchit le seuil de cet univers, on va jusqu’au bout, on le fait sien et on en sort enrichi. Des formules qui portent, des images puissantes qui, révélant l’auteur, nous révèlent aussi à nous-mêmes. jacques_renucciC’est ce don qu’a Jacques Renucci d’aller à l’essentiel qui en a fait dès ses premiers recueils l’une des voix remarquables du monde méditerranéen contemporain, – une voix  qui porte bien au-delà de l’île, comme en témoigne la large diffusion de ses ouvrages en librairie et sur les sites spécialisés.  Un lyrisme maîtrisé traversé d’une sensibilité frémissante, une « manière d’être » insulaire entre réalité, mythes et rêves… Une préface éclairante due au poète Antoine Graziani sert de clef pour parcourir le dédale du texte. Celui-ci est jalonné des encres oniriques et sensuelles de Marie-Hélène Ferrari – romancière bien connue qui dévoile là une autre facette de son talent –  qui font comme si deux univers se cherchaient des points communs, des ancrages sensibles et se complétaient au final dans la perfection expressive. A la qualité de la rédaction s’ajoute un parti-pris esthétique rigoureux, où le noir règne en maître. « Mémorial » est un livre noir de la couverture aux pages, où les formules de Jacques Renucci ressortent en caractères blancs. L’ouvrage est donc aussi un bel objet, fabriqué avec soin, que l’on aime avoir en main et feuilleter dans un isolement complice, un bel objet que l’on peut offrir autant à ceux que l’on aime qu’à ceux dont on estime l’intelligence et dans le goût de qui on a confiance. On est sûr de faire plaisir. Avec un livre de cette facture, Marie-Hélène Ferrari, pour inaugurer sa nouvelle collection Incontru, a placé la barre très haut. C’est peu dire qu’on attend avec impatience les prochaines publications de cette série prometteuse qui, outre Jacques Renucci, enregistre Jacques Fusina – autre auteur que l’on ne présente plus – dans les signatures de départ.

Mémorial suivi de Carnet d’attente, poèmes de Jacques Renucci, encres de Marie-Hélène Ferrari, préface d’Antoine Graziani – Éditions Clémentine, 16,00 euros.

Faeryland, un premier film vegan… pour un monde meilleur

(photo Bluebirdstudios)

(photo Bluebirdstudios)

Oui, nous arrivons à la fin de l’aventure Faeryland. Après deux ans d’enquêtes sur les horreurs de l’exploitation animale, après deux autres années supplémentaires de tournages, deux fois interrompues par des attentats barbares, après une première version de Faeryland qui faisait 2h50 réalisée pour la Cop21, puis une projection au Sénat pour la Journée des droits de l’homme, puis une projection au cinéma le St-André des Arts à Paris pour soutenir la marche contre la vivisection, puis à Nîmes dans le cadre du procès de Rodhillan, après un an d’avant-première dans toute la France, après un Prix Médor du « Meilleur film animalier », après des dizaines d’articles et des explication

s sur le veganisme, après des salons (Veggieworld, Vegan’Heart), des colloques, après trois magnifiques semaines d’exploitation en salle pour la sortie nationale, des rencontres fabuleuses avec le public, les exploitants, les militants et activistes, des heures (jusqu’à tard dans la nuit) d’échanges enrichissants et de débats, enfin Faeryland est finalement programmé pour 4 dernières séances en salle au cinéma le Central à Puteaux, à l’occasion de la Veggieworld et de la Veggie Pride. Une manière élégante de boucler la boucle. Nous resterons à l’écoute des associations et des cinémas qui souhaiteraient nous programmer dans le futur, mais notre route va à présent nous conduire vers d’autres horizons, d’autres pays, d’autres spectateurs, intéressés par cette formidable épopée. Je voudrais dire ici ma reconnaissance, à tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce projet (à quelque niveau que ce soit), mais au delà de toute considération, ne jamais oublier que nous avons oeuvré pour une plus grande justice, davantage de morale et d’éthique, et surtout, surtout, POUR EUX ! Pour ma part, je cours, je cours, vers un nouveau film tout aussi enthousiasmant : VEGAN MARATHON. Merci à tous, et bravo, vous n’avez pas changé le monde mais vous avez contribué à le rendre meilleur. Top chrono !

“un chef-d’oeuvre de notre époque”  (Corse Matin) 

“Enfin du cinéma vegan !” (Les Inrocks)

 »Un film engagé » (Voici)

« Yves Duteil dans son premier grand rôle au cinéma » (Challenges)

 »Le premier film vegan » (France Bleu – RCFM)

 » a rare legendary story of Queen Ness and the God-Druid Cathbad » « Let’s talk about Corsica »

“un véritable ovni cinématographique”  (Alter-JT)  

“Save the world”  (Le Parisien)  

 »porte-étendard de la génération Végane » (Corse Net Infos)

“Une grande épopée” (Radio Mandarin Europe)  

“Yves Duteil au cinéma”  (La Provence)  

“évidement anticorrida”  (Midi Libre) 

“un film choc” (Radio Parole d’Animaux) 

“La défense des animaux, tient son oeuvre de référence” (La gazette animale) 

7, 8, 9 ET 10 OCTOBRE 2016
le vendredi 7 octobre à 20h, le samedi 8 octobre à 20h,
le dimanche 9 octobre à 18h et le lundi 10 octobre à 20h

CINEMA LE CENTRAL
136 RUE DE LA REPUBLIQUE – 92800 PUTEAUX
(RER A, ligne L, Bus 151,157,93)

Site : www.faeryland-lefilm.com
Page facebook : https://www.facebook.com/faerylandlefilm/
Clip : https://youtu.be/hGMpXq0QAJo�
Bande annonce youtube : https://youtu.be/-hzuqUU50vw

faeryland-central-veggieworld

Les raisons de la victoire

_MG_2307-Modifier-1000Le 21 septembre se célèbre partout dans le monde la « Journée internationale de la paix ». C’est à cette date emblématique que nous avons décidé d’organiser la sortie nationale dans l’Hexagone du film Faeryland, premier film vegan.

La France pays pionnier du 7ème art, terre des droits de l’Homme, temple de la gastronomie est un symbole parfait du combat que nous menons au service du vivant, contre toutes les discriminations et pour l’abolition de l’exploitation animale. Si l’on devait résumer l’idée centrale de Faeryland, nous pourrions dire qu’il s’agit d’un conte antispéciste et vegan, qui met en lumière les injustices et les incohérences de la loi du plus fort. Au premier rang des victimes les sans-voix. Ils sont au centre de l’histoire, comme ils sont au centre de l’exploitation des plus faibles. De nos jours, il n’y a pas un secteur de l’activité humaine qui ne bénéficie pas de cette exploitation. C’est ce que nous avons choisi de montrer avec un film de lutte, un film de combat, un film de résistance.

Faeryland dénonce l’ensemble des secteurs de l’exploitation animale (vivisection, tauromachie, abattage,…) et la vérité se confond avec la fiction. De véritable actions de la cause animale en présence de comédiens, de véritable scènes du film avec des activistes. Faeryland brouille les pistes, joue de l’émotion et crée de l’empathie. Il est troublant de constater – y compris dans sa distribution – à quel point l’objet cinématographique, se confond avec la lutte de la cause animale et de l’exploitation des plus faibles. Faeryland dont le thème avait effrayé les deux principaux argentiers frileux du cinéma, qui ne savaient pas quoi faire d’un film engagé avaient promis de nous donner une réponse rapide. Trois ans plus tard, ils s’interrogent toujours. Faeryland qui est arrivé dans les salles sans eux, est en passe de faire une fabuleuse trajectoire. Le propos vegan pour la première distillé sur grand écran en France est également demandé sous d’autres horizons.

Nous nous sommes battus dos au mur, comme se battent les militants de la cause animale, dans un combat démesuré, un combat inégal, un combat que nous ne pouvions que perdre. Et nous n’avions rien lâché. Aujourd’hui le film sera présent sur l’ensemble du territoire, mais nous aurons aussi des soirées spéciales (1) en Corse au cinéma les 3 Stars à Porticcio et le Régent à Bastia, en Bretagne lors de la Vegan’Heart, et à Puteaux au cinéma Le Central. A signaler qu’à Paris, Faeryland va retrouver en exclusivité en première semaine le mythique St-André des Arts, la salle de cinéma de ses débuts. Chaque projection a son histoire et son lot d’anecdotes. Mais à chacun ses méthodes, à chacun sa stratégie. Pour les Majors du cinéma et les grands studios, nous sommes davantage dans l’exploitation à outrance du 312e  »Batman Vs Batman ». A telle enseigne que plus personne n’y comprend plus rien. Même méthode pour la terre. On pille avec cynisme dans les richesse naturelle, en pensant que le filon est inépuisable. Mais tout a une fin, et cette surexploitation des franchises qui mène le cinéma dans le mur, mène également la planète dans une impasse. Ce qui était une bonne idée au départ devient une hérésie.

La culture devrait s’inspirer de l’agriculture, et particulièrement de la jachère ; ici aussi la surexploitation des terres arables se heurtent au principe même d’un développement éthique, moral, harmonieux et respectueux. Les conséquences sont évidentes, la réussite de Faeryland et l’abolition de l’exploitation animale, à la fin des fins, ne peuvent qu’advenir, tant notre lutte est juste et bienveillante. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations-Unies porte la parole juste pour ce 21 septembre :  »Je demande à tous les belligérants de déposer les armes et d’observer un cessez-le-feu général. Je leur dis : cessez les massacres, cessez les destructions, ouvrez la voie à une paix durable ». C’est cette suspension des hostilités que nous appelons de nos voeux pour la « Journée internationale de la paix », tout en rappelant que nous restons ferme dans nos convictions et intègre dans nos engagements. Oui nous voulons ouvrir la voie de la paix, mais le combat cessera définitivement le jour ou la nature aura durablement repris ses droits, ce qui finira inévitablement par arriver. Voilà les vraies raisons de la victoire.

Magà Ettori, Paris, 18/09/2016 en partenariat avec Radio Parole d’Animaux

 

(1) Les soirées spéciales

– Mercredi 21 septembre à 18h et 20h au cinéma les 3 Stars à Ajaccio

https://www.facebook.com/events/537118976483580/

– jeudi 22 septembre à 19h au cinéma le Régent à Bastia

https://www.facebook.com/events/672932692856082/

– Dimanche 25 septembre Vegan’Heart à Chateaugiron

http://veganheart.e-monsite.com/pages/crowdfunding/

– vendredi 30 septembre au cinéma le Central à Puteaux

http://www.cinecentral.fr/evenement/925174-faeryland-le-premier-film-vegan-au-central