Archives mensuelles : mars 2016

Veggieworld, le cri de la carotte

cri de la carotte - Magà Ettori - Chroniques animalistesAlors qu’est-ce qu’on fait le week-end prochain à Paris ? Le marathon de Paris, oui. Le Mondial de l’automobile :  »Le futur, c’est maintenant ! Plus de 250 marques au Salon de l’auto, ont répondu présentes pour l’édition 2016. » Espérons que Volkswagen sera là, ils sont champions du monde pour réduire frauduleusement les émissions polluantes mieux que la COP21. Une première dans l’histoire automobile, 11 millions de véhicules bridés pour vous apporter le meilleur de la technologie : maladies respiratoires chroniques, pathologies cardio-vasculaires, cancers… que du bonheur ! Non vraiment, le Mondial de l’auto, ça va pas le faire.

Quoi d’autre ? Ah la VeggieWorld, le plus grand salon végétalien en Europe. Ca à l’air cool ça. 90 exposants, dont 10 associations. Un programme extra-veggie : 20 conférences, 10 ateliers de cuisine, des ateliers de yoga, des présentations de livres et l’avant-première du film Faeryland. Ah oui d’accord, whaou. C’est excellent ça. C’est une bonne journée.  Je viens d’apprendre que Faeryland était nominée pour les  »Médor » dans la catégorie meilleur film animalier, et maintenant la VeggieWorld, bien. Faeryland, c’est le 2 avril à 16h30 au 104 qui se trouve 5, rue Curial, dans le 19e à Paris (Métro : Stalingrad ou Riquet). Bon ben voilà, j’ai tout. On va y aller. Ils disent quoi de ce salon. Lancé en mai dernier, après 5 ans de succès et de développement en Allemagne, le salon VeggieWorld Paris connaît déjà ses premiers succès et un développement rapide. De plus en plus de personnes font attention à ce qu’elles mangent, à ce qu’elles achètent et à l’impact de leur mode de vie sur l’environnement. Cette première édition attend 10000 visiteurs qui pourront découvrir plus de 15 restaurants végétaliens et plus de 500 produits, parfois peu ou pas connus en France, par des marques dont c’est parfois la première présence sur le marché français. Protéines végétales, compléments alimentaires, laits, fromages et yaourts végétaux, noix et fruits secs, bonbons, chocolat, pâtes à tartiner, sauces, confitures, boissons, thés, biscuits, tartes, pâtes, huiles, jus de fruits, alternatives à la viande, soins, crèmes, lotions, produits féminins, livre de cuisine, sacs, vêtements et de nombreux autres produits qui permettent à tous de vivre facilement une vie végane. VeggieWorld Paris propose également un programme très riche de plus de 40 activités tout au long des deux jours du salon. Les ateliers cuisines et démonstrations culinaire, animés par des chefs et restaurants reconnus permettront à tous d’apprendre les meilleures astuces et techniques de cuisine végane. Le Centre TAO Paris réveillera les visiteurs avec des ateliers de Yoga gratuits. Pour celles qui le souhaitent, il sera possible de rafraîchir son maquillage grâce à une professionnelle qui utilisera exclusivement des cosmétiques véganes venus d’Allemagne. Nous sommes également particulièrement heureux d’accueillir une avant-première du film Faeryland, qui sera le seul événement payant de l’agenda VeggieWorld. Oui, d’ailleurs c’est Marco et l’équipe du Collectif contre l’expérimentation et l’exploitation animales qui tiendra le stand Faeryland où se vendra les places, où l’on pourra gagner un voyage à Dublin sur les traces de Faeryland. Ce sera le moment de prendre connaissances de toutes les campagnes du Collectif contre l’expérimentation et l’exploitation animales. Un stand facile à reconnaître, la couleur dominante est le jaune. Une vraie ruche, Marco s’entoure toujours de militant(es) motivé(es) et dynamiques. Pour eux !

Alors, les autres ateliers et conférences sont libres d’accès aux visiteurs. Voyons voir ces conférences. Ah bien. Le dimanche après-midi nous avons…. holà il n’y a que l’embarras du choix. Conférence sur le Droit Animal et véganisme Les animaux non « sauvages » sont désormais reconnus comme êtres vivants et sensibles aussi bien dans le code civil, le code pénal et le code rural suite à l’harmonisation juridique menée par le législateur en 2014. Voilà qui va intéresser Myke, Mélany et Daniel de  »Parole d’animaux ». Je les vois bien avec leur petite caméra intrusive…

Bon et là c’est quoi ? Tiens une Conférence sur Le véganisme dans le cinéma, la télé et la musique. Ah j’adore, c’est certain que je vais y assister à celle-là. La conférence aura lieu dimanche, 3 avril, de 14h15 à 15h15 dans la salle de conférence du salon VeggieWorld. Il y a 4 intervenants. La première est Mathilde Laconche, monteuse, réalisatrice, scénariste, productrice. Elle a réalisé « Des milliards de toi mon poussin », une excellente critique. Mathilde Laconche met en scène deux adolescents qui mènent des actions en faveur des animaux qu’ils considèrent comme leurs cousins. C’est original. Le deuxième intervenant est Bruno Blum, journaliste, musicien, dessinateur, peintre et photographe. Il est principalement connu pour son travail dans le domaine du reggae et du rock, on le surnomme Doc Reggae, yo man. Il présentera le jour même  »Cabaret Vegan », musique de culture biologique garantie jouée sans machines par des musiciens vivants élevés en plein air. Oui ça donne le ton. Cabaret rock, soul, reggae et chansons francophones originales dont plusieurs à la gloire potagère des fruits et légumes. Bon, c’est certain nous y serons. Le troisième intervenant est Guillaume Corpard, écrivain, musicien, compositeur. C’est à Guillaume que nous devons  »My Life’s a Cage », ma vie est une cage, très bon film d’animation et de fiction qui pose la question de notre rapport aux animaux et de savoir si tout le monde peut devenir vegan, même les enfants. En chanson, le film retrace le cheminement des animaux de leurs lieux naturels vers l’abattoir afin d’être transformés en viande;, le tout en poésie et en musique. Le dernier intervenant est : Magà Ettori. Hey ! Personne ne me prévient ? Comment ça on en parle depuis deux ans ? Si je suis sourd ? Pourquoi ? Ah le cri de la carotte … oui assez insupportable ! Toutes ces carottes sacrifiées à la Veggieworld, sur l’autel du bien-être, d’un mode de vie végane, plus sain, pour les animaux, mais aussi pour l’environnement et les humains. Ca va être terrible !

Magà Ettori, Paris, 27/03/2016

en partenariat avec http://www.paroledanimaux.com/

Publicités

Pax animalista

Ksar El Kebir 6La nuit vient de tomber sur les hauteurs de Ksar El Kebir, cité marocaine au patrimoine historique immense, siège d’une activité culturelle intense ou se côtoient poètes, mystiques, écrivains, et philosophes. Le souk Al Henna épie les clapotis de la fontaine d’Al Manara, le grand giratoire de Souika s’installe dans une quasi pénombre. Non loin d’une rue étroite des Al Marina, les derniers commerçants ambulants proposent avec nonchalance, des produits modestes, avant de céder la place aux marchands de la nuit. Des ombres furtives quittent la bibliothèque centrale pour se Ksar El Kebir 4rendre à la gare, et le cinéma retient son souffle. Ce soir les tueurs ont rangé leurs fusils. Après trois jours de massacres sans limites, le sang des victimes est incrusté dans le sol, pour longtemps. Hier, la veille, et les jours précédant, les balles tirées depuis des camionnettes ont transpercé la chair des chiens errants, pour finir leur course contre le mur des habitations. Ici, un homme marche, d’un pas rapide, croise des passants rue Mohamed V, s’engouffre dans un véhicule poussif. Député du Mouvement Populaire (MP), siégeant dans la Commission des secteurs productifs, Mohamed Simou est depuis un an le président du Conseil municipal de Ksar El Kébir. C’est à ce titre que le béotien, a ordonné une opération d’extermination insensée d’animaux errants, soi-disant porteurs deKsar El Kebir 1 rage. Dans le fait, les mercenaires ont frappé sans discernement, de préférence de gros chiens confiants, qui espéraient toujours en la bonté humaine. Comme nous le voyons sur ces images : https://www.youtube.com/watch?v=Ia_fk_56TCo), des civils  accompagnés par la police, ont ouvert le feu à la volée, en direction des habitations, puis ont entassé à la va-vite des dizaines de corps, mêlant les martyrisés, les mourants et les anciens vivants.

En janvier dernier, lors des  »assises du monde animaliste », Aziza Nait Sibaha journaliste spécialisée en politique internationale, mais également présidente de l’association  »Comme Chiens et Chats » avait pris la parole pour expliquer les enjeux de la COP22 et ceux du monde animaliste, insistant sur l’obligation pour le Maroc de réfléchir en termes de respect et d’éco-tourisme. Sur le papier tout le monde est d’accord avec Aziza. La preuve, il y a un an Mohamed Simou a soutenu le plan de développement touristique visant à valoriser le patrimoine culturel, historique et naturel de Ksar El Kébir, et à développer les infrastructures touristiques. Dans la réalité, les autorités favorisent l’émergence d’une violence qui préconise l’élimination de  »nuisibles » dans une rue de la ville, d’animaux sans défense et sans haine. Qu’est-ce Ksar El Kebir 5qui va se passer quand ces même tueurs armés par la ville, seront confrontés à des touristes inintelligents et discourtois ? Le plus simple serait de les stériliser et de les vacciner comme le préconise l’Organisation Mondiale de la Santé, le Fonds international pour la protection des animaux et L’Alliance internationale pour le contrôle de la rage. Nous parlons des chiens bien entendu, pas des touristes. Aziza Nait Sibaha, au coeur de la riposte, a interpellé le Président du Conseil Communal, les députés au Parlement, le chef du gouvernement, le Ministre de l’Intérieur, et enfin le secrétaire Général du Mouvement Populaire, Mohand Laenser. C’est ce dernier qui a sifflé la fin de la partie, sans doute dérangé par la pression médiatique. Il a fait entendre raison à Mohamed Simou et a obtenu le silence des armes. Les fusils resteront donc dans leurs étuis ce soir, mais pour combien de temps ? Les touristes arrivent bientôt à Ksar El Kébir.