Fumage et enfumage sont les mamelles de l’industrie médico-alimentaire

La vache qui rit (Magà Ettori - blog)La précédente chronique animaliste, évoquait une très regrettable émission de divertissement à laquelle participait Manuel Valls, en omettant d’évoquer la présence du sémillant Jean d’Ormesson. Erreur réparée. Ecrivain, philosophe, chroniqueur, journaliste, membre de l’Académie française, l’homme de presse porte le titre de comte d’Ormesson. Nous pouvions penser qu’il s’agissait d’un conte facétieux, d’un conte satirique, d’un conte de Noël ou d’un conte musical,  mais en aucun cas d’un conte licencieux ou d’une conte de mensonge. En réalité, le Comte d’Ormesson réglait ses comptes avec le premier Ministre en l’accusant d’être un enfumeur. Pour l’académicien la  »déchéance de nationalité » n’est qu’un enfumage supplémentaire pour détourner l’attention des français. Jean D’Ormesson semble avoir horreur de l’enfumage. Quelques jours plus tard, il dénonçait au micro de RTL un nouvel enfumage, à propos de la réforme de l’orthographe, ajoutant : « Je refuse de parler d’accent circonflexe quand il y a des gens qui se suicident ».

Effectivement, l’Institut de Veille Sanitaire évoque 500 suicides entre 2007 et 2009 chez les agriculteurs, un suicide tous les deux jours précisent ces derniers. Il est évident que les petits exploitants sont des victimes, dans le face à face entre les géants du secteur et les ténors de la grande distribution. Les viandes en provenance des Etats-Unis ou d’Argentine sont 30 à 40% moins cher, produit à bas coût, en partie grâce aux OGM et au chlore. Et les consommateurs en raffolent. Enfin, de moins en moins. Ils ont vécu toutes les épidémies et fraudes imaginables. Rien ne leur aura été épargné, de la vache folle à l’affaire de la viande chevaline vendue à la place de la viande de boeuf, en passant par la contamination à la dioxine, l’épidémie de grippe aviaire, le lait maternel frelaté, le porc transformé en bœuf, les chevaux de laboratoire vendus en boucherie. Et ne parlons pas de la matière fécale, qui selon un magazine américain, serait présent dans la totalité des hamburgers. Oh joie ! Rajoutons à cela que pour l’ Organisation mondiale de la Santé la viande transformée : charcuterie, jambon, saucisses, viande en conserve, j’en passe et des meilleurs,… est nécessairement cancérogène. Autrement dit toutes les viandes qui ont subi un processus de maturation, de fermentation ou de fumaison. Décidément on n’en sort pas.

Et puisque l’on parle de fumé comment ne pas évoquer l’enseigne Quick qui dès 2009, remplaçait dans nombre de ses restaurants le bacon par de la dinde fumée ? Le tout certifié conformes au culte musulman. Quick envisage aujourd’hui de servir exclusivement des produits halal dans ses restaurants. Ce qui pose tout de même le problème de l’abattage rituel dans l’industrie. Il signifie un nouvel accroc au bel habit du code civil, qui stipule que les animaux sont des êtres sensibles. L’abattage hallal est une dérogation aux pratiques légales, qui imposent un étourdissement préalable des animaux avant leur saignée. L’abattage avec étourdissement est déjà une horreur intégrale, alors que dire de l’assassinat d’êtres sensibles sans étourdissement ?

La vache qui rit fumeQuick marche vers le tout hallal. Une enseigne qui sait être à l’écoute de sa clientèle. Pour preuve, en février dernier, le vendeur de burger sollicitait ses futures victimes :  »Nous avons choisi de sélectionner celles qui permettent au plus grand nombre d’entre vous de profiter pleinement de Quick (mieux et plus facilement), et que nous pouvions mettre en place dès 2015. »  Une annonce qui a fait réagir positivement la communauté VG, au grand dam de Quick qui publiait sur son site quelques mois plus tard :  »Amis végétariens, amis végétaliens, Même si l’idée ayant remporté le plus de votes le suggérait, Quick ne peut techniquement pas à date  proposer de menus végétariens/végétaliens. Mais bien sûr, nous tenons compte de vos souhaits. Nous cherchons toujours à offrir plus d’alternatives végétariennes aux petits comme aux grands.  Vous pouvez dès aujourd’hui déguster nos baby carottes à La vache qui rit ®, la salade créative  italienne sans proteines, la nouvelle gamme de cheezy trio. »

Si les protéines de Quick sont sans accent, cela ne fera pas hurler Jean D’Ormesson, mais que dire de leur mauvais goût. Pour mémoire, le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut tous les produits d’origine animale (viandes, poissons, fruits de mer), et le végétalisme bannit de surcroît les produits laitiers, les œufs, et le miel. Pour les abeilles, il est toujours question d’enfumage mais passons. Quick propose donc aux végétaliens de se régaler avec un  »Cheesy Trio » qui est un assortiment de bouchées panées à base de Brie, d’Emmental et de Raclette, voire de déguster des baby carottes à  »la vache qui rit ». Depuis plus d’un siècle on se demande pourquoi  »la vache qui rit », rit. Peut-être que la vache a appris que les éleveurs ont envoyé un cheval à sa place à l’abattoir, sans doute que leur consommation d’herbe est supérieure à la sienne. Décidément ! Le régime nécrophage est une alimentation d’opportunistes, qui engraissent les industries et entretien le commerce international des services de santé, par des processus de fumage et d’enfumages médico-alimentaires. Ou alors il s’agit d’un conte à dormir debout.

Magà Ettori, Dublin, 7/02/2016

en partenariat avec http://www.paroledanimaux.com/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s