Peur et racisme corse

peur (Magà Ettori - Blog)Le monde tel que le connaissent les gens de notre génération, est une succession de crises et de catastrophes ininterrompues. La morosité est de mise, et les cerveaux sont en panne. Après l’élection démocratique des élus nationalistes à la tête de l’Assemblée de Corse, suivie de trop près par l’affaire dite  »des jardins de l’Empereur » ( https://magaettori.wordpress.com/2015/12/25/si-vous-etes-simple-desprit-alors-lisez-bien-ceci/ et https://magaettori.wordpress.com/2015/12/27/interpellations-dans-le-cadre-de-lenquete-concernant-lagression-des-sapeurs-pompiers-dajaccio/), LA grande question qui passionne l’opinion publique concerne le racisme des corses. Il est vrai que nous manquons de sujets urgents à traiter. Tous territoires et catégories confondues (sans bidouillage de chiffres) le total des chômeurs en France s’élève à 5,717 millions. Mais à propos les corses sont-ils racistes ? Arsenic, uranium 238, thorium 232, mercure, cadmium, titane, soude, plomb, chrome, vanadium, nickel : voilà quelques composants des fameuses boues rouges qui sont déversées chaque jour par centaines de tonnes dans la mer Méditerranée. Avec la bénédiction des pouvoirs publics au sortir de la COP21, au nom d’un chantage à l’emploi, une canalisation construite en 1966 rejette ces déchets à sept kilomètres des côtes, au cœur d’un site remarquable par sa biodiversité, devenu en avril 2012 le parc national des Calanques. En un demi-siècle, près de trente millions de tonnes ont été répandues à deux cent cinquante mètres de profondeur. Elles dispersent leurs éléments toxiques du golfe de Fos à la rade de Toulon, s’ajoutant aux eaux polluées du Rhône. Mais enfin les corses sont-ils racistes ? Nous vivons sous le joug de l’état d’urgence depuis qu’un soir de novembre 2015 une série de fusillades et d’attaques-suicides ont fait à Paris 130 morts et 350 blessés. Mais dites-moi, les corses sont-ils racistes ? Lors des dernières élections régionales le Front National a atteint le niveau le plus élevé de son histoire en captant jusqu’à 40% des voix. Mais nous ne savons toujours pas si les corses sont racistes ? L’abattage des animaux pour fournir de la viande représente 60 milliards d’animaux tués chaque année. Mais les corses ? Ils sont racistes ? Le nombre de déplacés dans le monde n’a jamais été aussi élevé depuis la Seconde Guerre mondiale : entre le mois de janvier et juin 2015, plus de 400.000 demandes d’asile ont été faites en Union Européenne. Selon le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), il y aurait actuellement 60 millions de déplacés en raison des conflits et des crises. Mais les corses sont-ils racistes ? L’économie mondiale est chancelante, un krach obligataire n’est pas à exclure. Sur les quatre grands moteurs de l’économie mondiale (Etats-Unis, Europe, Japon et monde émergent), trois sont soit en panne, soit en perte de vitesse. L’Europe étant le cailloux dans la chaussure de la croissance mondiale, que les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine), qui défiaient la planète il y a encore peu, ont nettement revu leurs prétentions à la baisse. La Russie, en quasi-récession, n’a plus le poids de ses ambitions politiques, et Dilma Rousseff, au Brésil, entame un second mandat sous le sceau de l’austérité budgétaire et de la guerre contre l’inflation. La dette publique et privée en Chine représente désormais 246% de la richesse du pays. « Le poids du shadow banking est tel que la faillite d’un trust pourrait entraîner un assèchement Hollande (Magà Ettori - Blog)très rapide des liquidités et le blocage de l’économie ». Alors ces corses ? Ils sont racistes ou pas ? La France touche le fond. Sous l’empire d’une croissance désespérément étale, les efforts sur la maîtrise des dépenses ne portent pas leurs fruits, en terme de comptes publics, au vu des 4,5% de déficit attendus en 2015, et la dette se rapproche de la barre symbolique des 100% du PIB. Les investisseurs non européens préfèrent s’éloigner du risque. Les emprunts d’Etat se montent à 806 milliards d’euros. Les vies de millions de personnes sont liées aux caprices des financiers dans une économie hyperendettée et interdépendante : des taux d’intérêt en hausse de 2%, réalisables en quelques séances de Bourse, alourdiraient de plusieurs milliards la charge financière du budget français. Sans doute plus grave, les banques, aux bilans saturés d’emprunts souverains, paient aussi un lourd tribu chaque fois qu’une bulle spéculative explose. Selon une étude réalisée par deux universitaires allemands (à Francfort et à Berlin), les établissements de la zone euro détiendraient quelque 806 milliards d’euros en emprunts d’Etat. Pas besoin d’être grand clerc ou de maîtriser la mathématique financière pour imaginer les dégâts. Allez dites-nous que les corses sont racistes. L’Ecosse envisage de couper les ponts avec le Royaume-Uni, la Catalogne souhaite quitter Madrid, et le Tyrol du Sud de veut plus payer pour l’Italie, lestée d’une dette colossale. Et les corses ? Au fond, ce que l’Europe en général et la France en particulier redoute c’est le battement d’ailes du papillon. La grave crise  »des jardins de l’Empereur » qui d’un battement d’ailes pourrait provoquer des événements terribles. Pour conjurer ce mauvais sort, on donne la parole à tous les charlatans, les gourous, et autres faiseurs de miracles. Heureusement que nous ne sommes plus au moyen-âge, imaginez la peur, la peste, les sorcières que l’on brûle à tous les coins de rue, les faux Imams corses qui ridiculiseraient les journalistes du JT de France 3 (http://www.europe1.fr/emissions/le-journal-des-medias/le-jt-de-france-3-piege-par-un-faux-imam-2643115) ou encore  Jean-Pierre Chevènement qui reviendrait de sa paisible retraite pour raconter tout et n’importe quoi. Heureusement que le ridicule ne tue pas (quoi que). Imaginez que pour surfer sur la vague de la peur et du corse raciste, un politicien plusieurs fois ministre, député, maire de Belfort, sénateur, dans un entretien accordé au Parisien, déclare : « Je ne suis pas hostile au nationalisme corse, je défends avant tout l’Etat républicain, tant sur l’île que sur le continent. Je reste attaché à ce que l’Etat soit reconnu Surf Corsica (Magà Ettori - Blog)comme l’émanation de tous les citoyens français sans distinction d’origine, de couleur de peau ou de religion. Bien sûr, la Corse a son histoire, incarnée au XVIIIe siècle par Pascal Paoli. Mais depuis le 14 juillet 1790, fête de la Fédération, la page est tournée. La Corse, qui y était représentée, fait partie intégrante de la nation et du Peuple français ». Imaginez que cet homme politique très au fait de la situation en Corse rajoute : « la dérive du nationalisme corse vers le grand banditisme est ancienne. Elle a été très bien décrite par Alain Orsoni, en 2000, dans un livre intitulé « Pour solde de tous comptes ». Alain Orsoni, qui fut l’un des chefs historiques du nationalisme corse, a été assassiné quelques mois après ». Bien entendu Alain Orsoni bien vivant lui a immédiatement répondu : « Le mort salut bien la momie Chevènement, et il ose s’exprimer sur la Corse ». Pas très sérieux tout ça, il faudrait que la machine médiatique se calme. Mais au fait les gens sont-ils vraiment racistes en Corse, enfin plus qu’ailleurs ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s