Le rapt de la négresse

le rapt de la negresse (Blog Magà)

Au moins 14 soldats français déployés en République centrafricaine sont soupçonnés d’avoir abusé sexuellement d’enfants entre décembre 2013 et mai/juin 2014. Save the Children a demandé aux Nations unies de faire toute la lumière sur cette affaire, alors que d’autres ONG  accusent l’ONU d’avoir voulu étouffer l’affaire. Anders Kompass, un haut responsable du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme basé à Genève avait transmis en juillet 2014 aux autorités françaises un rapport intitulé  »Abus sexuels sur des enfants par les forces armées internationales ». Anders Kompass a été suspendu le 17 avril et fait depuis l’objet d’une enquête des Nations Unies, au nom notamment de la protection des victimes. Bien entendu, l’ONU a nié avoir cherché à étouffer ces accusations d’abus sexuels sur des enfants par des soldats français en appelant à la tolérance zéro envers ces crimes. En revanche, celui qui n’est pas pour la tolérance zéro c’est Jean-Pierre Chevènement. Invité d’Europe 1, l’ancien ministre français justifie pratiquement le viol des enfants Centrafricains par le fait de la pénibilité des conditions de travail des militaires français.  Il déclare notamment : « Il est clair que le fait de se trouver au contact des populations malheureuses, abandonnées peut  favoriser les comportements de ce type ». Après l’indignation de la journaliste, il ajoute :  « Surtout, laissont l’armée française au-dessus de tout cela parce que ; elle s’acquitte avec beaucoup de professionnalisme des tâches qui lui sont confiées ». Véritable phénomène de société on estime 75.000 viols par an en France, soit 10 pour 10000 habitants. Considéré comme un crime en droit français, il est passible de 15 ans de réclusion criminelle. Mais en Afrique c’est une autre affaire, une coutume historique que le peintre flamand,  Christiaen van Couwenbergh a peint au XVIIème et dont le tableau se trouve conservé au musée de Strasbourg. Dans cette toile  intitulée  »Le rapt de la négresse », deux jeunes Européens, nus, s’apprêtent à violer une africaine qui se débat. L’un deux la montre du doigt en se moquant de ses lamentations, tandis qu’un troisième homme habillé, semble exprimer la réprobation que partage manifestement le peintre qui a voulu dénoncer crûment ce qui devait se pratiquer couramment en Afrique, dans les colonies et en Europe. Non Jean-Pierre Chevènement ne dénonce pas cette tragédie, il justifie l’injustifiable. Lui qui rêve d’assimilation culturelle en France, regrette sans doute le bon vieux temps des colonies et ses bonnes chambres garnies, dans le secret des alcôves où l’on ne risque pas 15 ans de réclusion criminelle. A condition bien entendu d’avoir la bonne couleur de peau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s