Archives mensuelles : mai 2015

Le rapt de la négresse

le rapt de la negresse (Blog Magà)

Au moins 14 soldats français déployés en République centrafricaine sont soupçonnés d’avoir abusé sexuellement d’enfants entre décembre 2013 et mai/juin 2014. Save the Children a demandé aux Nations unies de faire toute la lumière sur cette affaire, alors que d’autres ONG  accusent l’ONU d’avoir voulu étouffer l’affaire. Anders Kompass, un haut responsable du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme basé à Genève avait transmis en juillet 2014 aux autorités françaises un rapport intitulé  »Abus sexuels sur des enfants par les forces armées internationales ». Anders Kompass a été suspendu le 17 avril et fait depuis l’objet d’une enquête des Nations Unies, au nom notamment de la protection des victimes. Bien entendu, l’ONU a nié avoir cherché à étouffer ces accusations d’abus sexuels sur des enfants par des soldats français en appelant à la tolérance zéro envers ces crimes. En revanche, celui qui n’est pas pour la tolérance zéro c’est Jean-Pierre Chevènement. Invité d’Europe 1, l’ancien ministre français justifie pratiquement le viol des enfants Centrafricains par le fait de la pénibilité des conditions de travail des militaires français.  Il déclare notamment : « Il est clair que le fait de se trouver au contact des populations malheureuses, abandonnées peut  favoriser les comportements de ce type ». Après l’indignation de la journaliste, il ajoute :  « Surtout, laissont l’armée française au-dessus de tout cela parce que ; elle s’acquitte avec beaucoup de professionnalisme des tâches qui lui sont confiées ». Véritable phénomène de société on estime 75.000 viols par an en France, soit 10 pour 10000 habitants. Considéré comme un crime en droit français, il est passible de 15 ans de réclusion criminelle. Mais en Afrique c’est une autre affaire, une coutume historique que le peintre flamand,  Christiaen van Couwenbergh a peint au XVIIème et dont le tableau se trouve conservé au musée de Strasbourg. Dans cette toile  intitulée  »Le rapt de la négresse », deux jeunes Européens, nus, s’apprêtent à violer une africaine qui se débat. L’un deux la montre du doigt en se moquant de ses lamentations, tandis qu’un troisième homme habillé, semble exprimer la réprobation que partage manifestement le peintre qui a voulu dénoncer crûment ce qui devait se pratiquer couramment en Afrique, dans les colonies et en Europe. Non Jean-Pierre Chevènement ne dénonce pas cette tragédie, il justifie l’injustifiable. Lui qui rêve d’assimilation culturelle en France, regrette sans doute le bon vieux temps des colonies et ses bonnes chambres garnies, dans le secret des alcôves où l’on ne risque pas 15 ans de réclusion criminelle. A condition bien entendu d’avoir la bonne couleur de peau.

Publicités
Vidéo

Faeryland (teaser 1)

L’HISTOIRE : En conflit permanent, les humains, les dieux et les2 animaux ont été chassés du Sidh, et vivent désormais sur Faeryland. Les hommes ont pris durablement le pouvoir et dominent les espèces. En quelques millénaires,  ils ont occupé l’espace, modifié les climats et saccagé la planète. Leurs expériences en manipulation génétique ont engendré un terrible fléau, un virus qui pourrait faire disparaître toutes formes de vies sur Faeryland. Le dieu-druide Cathbad est le seul à pouvoir sauver la planète, mais pour y arriver il doit retrouver le Graal.

– site du film : http://www.faeryland-lefilm.com

– page facebook : https://www.facebook.com/fearyland

5 mai 1992, la catastrophe du Parc des Princes

 »On ne rejouera plus au foot un 5 mai », la promesse du président de la République, François Mitterrand, après la tragédie de Furiani le 5 mai 1992 résonne encore dans les têtes des victimes comme une mauvaise plaisanterie. Une promesse qui sous l’impulsion du président de la LFP n’a été  respectée par les instances du football. Nantes et Marseille ont même fait la fête en 2001 et en 2010, en célébrant les titres de champion de France. En 1992, la Tribune Nord du Stade Armand Cesari s’effondrait causant 18 morts et plus de 2300 blessés. Le pire drame de l’histoire du sport français. En Corse ce fut un deuil collectif. Toute l’île fut touchée par ce drame, un traumatisme immense. Malgré les multiples demandes des groupes de soutien et du Collectif du 5 mai, 23 ans plus tard, la ligue Française de Football refuse toujours qu’aucun match ne soit joué un 5 mai, en hommage aux victimes. Petite digression par rapport à notre affaire, l’écrivaine sénégalaise Fatou Diome, invitée d’une émission de France 2 a réagi sur le naufrage des migrants. L’auteur du livre à succès a dénoncé l’hypocrisie de l’Union Européenne :  » Ce sont des noirs et des arabes, eux quand ils meurent, ça coûte moins cher ». Pour revenir à la catastrophe de Furiani, et en faisant un parallèle avec la prise de position de Fatou Diome je me pose une question :  »Quelle serait la position de la ligue Française de Football aujourd’hui, si le 5 mai 1992 s’était déroulé au Parc des Princes ? »

5 Mai 1992 Furiani (Magà Ettori - blog)Ce courrier de 2013 me semble toujours d’actualité, je vous en donne lecture

Lettre ouverte du Collectif du 5 mai à François Hollande

« Monsieur le Président de la République, Le 5 mai 1992, il y a bientôt 21 ans, la Tribune Nord du stade Armand Cesari s’effondre causant la mort de 18 personnes et faisant plus de 2300 blessés. Le drame de Furiani est toujours présent dans les mémoires. Cependant, les mobilisations multiples de milliers de personnes tant en Corse que sur le Continent n’ont pu faire admettre l’ampleur nationale de cette catastrophe aux autorités du football et aux pouvoirs publics. N’oublions pas que la chaîne de responsabilités est multiple : responsabilités locales, des autorités du football, du Gouvernement de l’époque et de ses représentants en Corse…  De plus, le Ministère de l’Intérieur avait été alerté en juillet et novembre 1991 de l’imminence d’une telle catastrophe après un accident survenu lors d’une fête de village dans les Bouches du Rhône (Ceyreste). Malgré cela, les Préfets n’ont semble-t-il pas été prévenus de ces risques et aucune note n’a été publiée. Le comble de cette affaire est que l’Expert qui avait alerté le gouvernement (nous avons en notre possession les différents courriers et articles de journaux traitant de ce dossier) est celui nommé au lendemain de la chute de la tribune, afin de faire les premières constatations techniques…  La responsabilité de l’État est, par conséquent, engagée bien au-delà des quelques mois de condamnation avec sursis prononcés à l’encontre de l’un de ses représentants. L’État, à l’époque, n’a pas su ou n’a pas voulu jouer son rôle préventif, ce qui fait de lui l’un des responsables de cette tragédie.  Bien évidemment, les autres responsables ne sont ni dédouanés, ni occultés, cependant, Monsieur le Président, aux vues de ces éléments, il est temps pour vous, de prendre position sur notre demande de sacralisation et de respecter le soutien que vous nous avez apporté. Nous vous interpellons, car le Comité Exécutif de la FFF n’a pas eu la décence de tenir compte des propositions, y compris celles qui faisaient l’unanimité, débattues au sein du comité de réflexion mis en place par Noël Le Graët. Ainsi, la FFF et son appendice, la Ligue de Football Professionnel, gestionnaire du « foot-fric », n’ont pas souhaité faire du 5 mai un jour sans football. Et ce, sans nous donner de raisons, preuve de leur « je m’en foutisme » et de leur absence de valeurs universelles. Il faut savoir que ceux qui dirigent les instances du football aujourd’hui, étaient déjà présents dans cette affaire, l’un en qualité de Président de la Ligue Nationale du Football, l’autre avec son cabinet d’avocats comme défenseur en cassation de la Fédération Française de Football. Nous comprenons mieux pourquoi tout a été fait (lobbying auprès de députés et cabinets ministériels, journalistes, familles du football…) pour ne pas tenir compte des revendications de sacralisation du 5 mai portées par les représentants des victimes. Il est en effet difficile d’être juge et partie! On jouera donc le dimanche 5 mai 2013 et on pourrait même, comme en 2001 et 2010, faire la fête autour d’un titre ce jour-là, alors que les victimes, leurs proches et de nombreux citoyens commémoreront au même moment, comme tous les ans, la plus grande tragédie du sport français. Monsieur le Président de la République, aujourd’hui, vous et votre majorité à l’Assemblée Nationale, avez la possibilité de transformer votre soutien par des actes concrets. Soutien confirmé par votre Ministre des Sports dans un courrier datant de septembre 2012. Ainsi, l’engagement pris par François Mitterrand, au lendemain de cette tragédie serait enfin respecté. Pour cela, des députés de votre majorité, tout comme des députés de l’opposition ont initié des démarches législatives allant dans le sens de la sacralisation du 5 mai. Nous déplorons d’ailleurs que seul le projet de loi de l’opposition ait été approuvé et déposé auprès des bureaux de l’Assemblée Nationale, alors que celui de la majorité n’aboutit toujours pas à un consensus. Nous vous demandons expressément d’accompagner ces initiatives qui doivent et peuvent transcender les clivages politiques, comme cela a été le cas ici en Corse à travers, par exemple, les motions votées à l’unanimité au sein de l’Assemblée de Corse sur ce sujet. Nous vous rappelons que ces deux motions ont été transmises au Gouvernement. Nous vous demandons, par conséquent, de prendre en compte cette expression forte et solennelle, sauf à exprimer une forme de mépris à l’égard des représentants élus de la Corse. Sacraliser la date du 5 mai ne correspond nullement à une auto-flagellation, mais il s’agit bel et bien de restituer des valeurs humaines au sport, en un mot des valeurs sociétales, universelles… Dans l’attente, et restant à votre entière disposition pour toute information complémentaire, nous vous demandons, à nouveau, de nous accorder une entrevue sur ce sujet. Veuillez croire, Monsieur le Président de la République, à l’expression de notre profond respect. »

Les personnes souhaitant accompagner la démarche peuvent apporter leur soutien sur www.petitionfuriani.com