Archives mensuelles : avril 2014

Un ange passe à la téléréalité

Ariakina Ettori - Christie Nicora - tournage ''I Tercani''

Ariakina Ettori (La Lauréate) – Christie Nicora (Les Anges de la Téléréalité) – tournage  »I Tercani »

J’avoue sans aucun tabou m’être mis à la téléréalité. Il m’a fallu un temps d’accoutumance, un travail important pour comprendre les codes et les enjeux des émissions, mais c’est avec délice que j’ai pu accéder à ce nouveau monde. J’ai d’abord débuté mon initiation en suivant le passage d’un ange à la téléréalité, notre amie Chrisitie Nicora, que j’ai eu le plaisir de faire tourner dans  »I Tercani », il y a trois ans. Christie, jeune et talentueuse mannequin surdiplômée ne sera restée que quelques jours dans la villa australienne des  »Anges de la téléréalité », à mon grand regret. Juste le temps de parfaire ma culture. En effet, en lisant un tweet assassin de Vanessa à l’attention de Christie, j’apprenais que nous étions 6 millions sur terre…. à moins que Vanessa ne parle des candidats de jeux de téléréalité, ou… bah j’ai encore du travail. A ma décharge, je suivais en même temps les cours d’astronomie « des Marseillais à Rio », quand Kim expliquait à Micha qu’il y avait deux lunes : une au dessus de la France et l’autre au-dessus du Brésil. Ok, ça c’est fait. Il était temps pour moi de quitter la téléréalité hexagonale pour découvrir la puissance des Pays-bas, du Japon, de l’Allemagne, de l’Angleterre, du Pakistan et des USA dans ce domaine. Que du bonheur. Un chien d’un mètre cinquante au garrot, sodomite à ses heures perdues qui astique un candidat de téléréalité enduit de chantilly, une bibliothèque où les candidats doivent tenir le silence malgré les tortures, un candidat en phase terminale d’un cancer qui donne ses organes à un des trois autres candidats, un animateur qui offre un bébé orphelin à un couple sans enfant, un candidat que l’on jette dans l’eau bouillante, une animatrice nue qui consomme en direct des stupéfiants sous l’oeil complice de deux candidats occupés à tester des préservatifs bien entendu dans le plus simple appareil, des candidats qui se bistourisent allègrement pour ressembler à des poupées (Ken et Barbie) quand ce n’est pas à leur vedette favorite, des mangeurs de craies et de matelas, … Que du plaisir. De cette incroyable découverte que fut pour moi la téléréalité, il était vraiment temps que j’en fasse un film :  »La Lauréate ». Puisque la téléréalité puisait ses codes dans le monde du cinéma, il me semblait intéressant que le cinéma emprunte à son tour à la téléréalité, mais chut,… un ange passe.

Page facebook – LA LAUREATE : https://www.facebook.com/pages/La-Laureate/246899052161120

Nous sommes malades de ce virus issu du croisement mortifère de la cupidité et de la violence

Paul_Giacobbi_Assemblée_Nationale_mafiaLe doute n’est plus permis il y a une hiérarchie dans la barbarie : certains meurtres sont plus graves que d’autres, certaines vies moins importantes que d’autres. Paul Giacobbi, l »’ex » Président du Conseil Général de Haute Corse, actuel Président de l’Exécutif de la Collectivité Territoriale de Corse, et Député de Haute-Corse,  lors de la première séance de questions au gouvernement de Manuel Valls a évoqué l’assassinat le 23 mars dernier de Jean Leccia, directeur général des services au Conseil général de Haute-Corse à Bastia. Jean Leccia a été assassiné après avoir quitté une soirée électorale à San-Gavino-di-Fiumorbu où sa fille se présentait aux élections municipales. Alors au volant de sa voiture, il a succombé à une rafale d’arme automatique de gros calibre. Est ce un crime affreux ? Assurément ! Une ignoble barbarie ? Bien entendu ! Une terrible tragédie ? C’est évident !  Ceci dit, en quoi ce crime est il plus important qu’un autre ? Qu’est ce qui fait dire à Paul Giacobbi : « C’est le crime le plus grave survenu en Corse depuis l’assassinat du préfet Erignac » ? Et les autres c’est quoi ? Des chiens ? Des statistiques ? 86 meurtres en six ans et une seule élucidation, voilà un vrai chiffre digne d’intérêt. Depuis le 2 avril, les trois principaux collaborateurs de Paul Giacobbi bénéficient de protections policières. Nombre de nos amis morts sous les balles d’assassins anonymes n’ont pas eu cette chance. François-Dominique de Peretti, directeur de cabinet de Giacobbi, Thierry Gamba-Martini directeur général des services de la Collectivité de Corse et Dominique Viola, proche conseiller de Giacobbi vivent désormais sous protection policière. Pau Giacobbi, himself est sous protection depuis janvier 2013. Dans le cadre d’une affaire de marchés publics présumés truqués au sein du conseil général de Haute-Corse, François-Dominique de Peretti – entre autres – avait été placé en garde à vue, puis mis en examen. La grande question est :  »Pourquoi est ce que ces gens sont sous protection policière ? » Peut-être que l’on pourrait au moins nous dire qui menace Paul Giacobbi et ses proches ? Ce serait la moindre des choses. A défaut, il faudrait que l’on se contente des pleurnicheries du Député Giacobbi à l’Assemblée Nationale ou des phrases sibyllines qu’il écrit sur son blog  :  »Écrivant cela, et surtout menant une telle action, je peux moi-même être menacé. »… ok on a compris mais pourquoi ? Ah oui je vois :  »Nous sommes malades de ce virus issu du croisement mortifère de la cupidité et de la violence. » Bien entendu !