La culture corse boit la tasse

chat mendiantQuand sous les huées et les applaudissements, Maurice Pialat reçoit la Palme d’or pour son sulfureux « Sous le soleil de Satan », le cinéaste se tourne vers la salle, lève le poing, et lance : « Sachez que si vous ne m’aimez pas, je ne vous aime pas non plus ! » Loin de faire l’unanimité, ce film obtiendra par la suite sept nominations aux Césars en 1988, comme quoi. Cette petite phrase d’un des maîtres du 7eme art me revient alors que l’on me remet le communiqué d’un Collectif d’associations corses (Satan reconnaîtra les siens). Lors des dernières Assises de la Culture (http://assisesdelaculturecorse.wordpress.com ) organisées par nos soins, aucun des organismes adhérents de ce Collectif n’étaient là, je dis bien PAS UN. Tous les médias ont répondu présents ainsi que l’essentiel du monde culturel, mais pas ce Collectif. Les matous de ces associations, hier hyper-super-méga-subventionnés, souhaitent aujourd’hui entamer un dialogue avec le Collectivité Territoriale de Corse  »pour être pleinement acteurs de la politique culturelle dans l’île et pour que les acteurs puissent apporter au décideur un point de vue ancré dans la réalité afin que les décisions amènent réellement des résultats et pas seulement des manifestations médiatisées de quelques jours qui serviraient de façade pour assurer la persistance de la culture au sens large sur notre île ». Allons soyons sérieux et appelons un chat, un chat. Si vous tombez de votre gouttière aujourd’hui, c’est seulement dû au fait qu’on vous a retiré votre gamelle, et ça vous ne l’aviez pas prévu. Nous vous avions prévenu, vous nous avez boudé quand vous étiez repu. Maintenant vous voilà à sec, pire à découvert, en faillite, en ruine. Franchement tout le monde s’en fiche de vos petits problèmes de trésorerie, c’est la crise et l’exception culturelle corse ne vous servira pas de bouclier (fiscal). Si au moins les centaines de milliers d’euros dont vous avez bénéficié pendant toutes ces années avaient apporté une plus-value à la culture nustrale, j’aurai eu la dent moins dure. Si vous aviez la décence de participer à nos travaux, considérant les autres acteurs culturels comme vos égaux, je me serais montré plus discret, et pourquoi pas bienveillant ? Mais ici c’est juste drôle. Bah il vous reste la sébile (je sais ce n’est pas sympa pour les mendiants). Vous aviez la force, vous aviez l’argent, vous aviez les infrastructures, il ne vous manquait que l’intelligence de l’anticipation. Alors sachez que si vous ne nous aimez pas, nous ne vous aimons pas non plus et que… mmm très savoureux ce lait, vous en prendrez bien une petite tasse ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s