Co-officialité de la langue corse : la panthère nébuleuse

le français et le corse (Magà Ettori - blog)

le corse et le français en voie de disparition

L’instauration de la co-officialité de la langue corse et du français, c’est fait. Au terme de deux jours de débats et sous les applaudissements d’une Assemblée de Corse debout s’est terminé le débat sur le nouveau statut de la langue corse. Les propositions pour un statut de co-officialité et la revitalisation de la langue corse présentées par le Conseil exécutif de la Collectivité territoriale ont été approuvées par 36 des 51 voix de l’assemblée. Onze Conseillers Territoriaux, de droite comme de gauche, n’ont pas participé au vote et quatre se sont abstenus. Alors que 112 amendements avaient été présentés pour modifier le texte original, celui-ci a finalement été adopté à peu près dans son état initial, à l’usure. Ce dispositif prévoit l’utilisation de la langue corse dans tous les domaines de la vie publique, économique et sociale (éducation, services publics, médias). Visant à protéger, encourager et normaliser l’usage du corse dans tous les domaines et garantir l’emploi officiel du français et du corse à parité, il prévoit aussi un vaste plan de formation, notamment des personnels de la fonction publique.

corse matin langue corseCréée en 1990, l’Association pour la Sauvegarde et l’Expansion de la Langue Française (Asselaf) composée de Prix Nobel, membres de l’Académie Française et des Instituts et d’autres personnalités voir la liste ci-après *), s’est fixé pour but de promouvoir toutes les réflexions et actions permettant d’améliorer l’enseignement de la langue française, d’assurer l’expansion et le rayonnement de cette langue dans les pays francophones et dans le reste du monde. La très sérieuse Asselaf dresse un constat angoissant du sort politique fait à la langue française en France :  »Langue de la République » (art. II de la Constitution), le français est une condition du vivre ensemble national et républicain, et, selon les sondages récents, il est pour 80 % de nos concitoyens un des principaux piliers de l’ » identité nationale ». Or, le français est aussi gravement menacé chez nous qu’au Québec, en Afrique francophone, en Wallonie ou en Suisse romande. Il l’est moins par l’air du temps, contre lequel il pourrait se défendre seul, que par une politique linguistique menée surtout par de grandes entreprises françaises avec l’appui de milieux politiques, certes européens et transatlantiques, mais d’abord hexagonaux. Après Michel Serres, observant qu’  »il y a plus de mots anglais sur les murs de Paris qu’il n’y avait de mots allemands sous l’Occupation », le linguiste Claude Hagège classe le français parmi les langues menacées dans son Dictionnaire amoureux des langues. L’heure est donc venue pour l’Asselaf d’appeler tous les citoyens à la résistance linguistique. (SIC) »

tawain 3

Dans la famille des espèces menacées il y avait la panthère nébuleuse. Malheureusement, après des années de recherches, le bilan de ces chercheurs est formel : la panthère nébuleuse s’est éteinte des îles de Taïwan, un animal jugé comme l’un des plus beaux vivant encore sur notre planète. Il aura fallu 13 ans à cette équipe de chercheurs internationaux pour en venir à cette conclusion. La panthère nébuleuse, animal vivant dans les forêts d’Asie du Sud-Est, s’est éteinte des îles de Taïwan. Malgré les heures passées à attendre un signe de vie grâce aux caméras infrarouge installées dans les forêts, la bête ne s’est jamais montrée. Bien qu’elle soit protégée, la panthère nébuleuse est une espèce très prisée des braconniers notamment pour sa fourrure bien particulière et ses os utilisés dans la médecine chinoise. La difficulté à capturer cet animal ne faisait pas penser aux biologistes que l’espèce soit un jour capable de disparaître. Seulement voilà, aucune empreinte n’a été retrouvée et rien n’indique qu’il puisse encore y en avoir dans cette région du monde. On estime qu’il reste 10 000 félins de cette espèce sur Terre. Célèbre pour être le félin à avoir les canines les plus longues proportionnellement à sa taille, la panthère nébuleuse n’aura donc pas su échapper aux braconniers et à la déforestation.

L’instauration de la co-officialité de la langue corse et du français, c’est fait… mais pour combien de temps ? Quand les embrassades, les félicitations et les effets d’annonces auront fini de choquer l’hémicycle de la Collectivité Territoriale de Corse, il faudra que quelqu’un se rappelle que contrairement à l’engagement de campagne pour l’élection présidentielle du candidat François Hollande, la France a récemment refusé de ratifier la charte européenne des langues minoritaires, et que l’instauration de la co-officialité de la langue corse et du français a de forte chances d’être invalidée par le Conseil Constitutionnel. Il sera toujours temps de créer des réserves linguistiques, quand certaines langues, telles des panthères nébuleuses, auront décidé de se montrer définitivement discrètes.

tawain 1tawain 2

(*) comité d’honneur de l’Asselaf :

Prix Nobel

•Maurice ALLAIS, Prix Nobel d’Économie.

•Jean DAUSSET, Prix Nobel de Médecine et de Physiologie.

•Professeur-Vicomte Christian de DUVE, Prix Nobel de Médecine (Belgique).

•Francois JACOB, Prix Nobel de Médecine.

•Andre LWOFF, Prix Nobel de Médecine.

•Louis NEEL, Prix Nobel de Physique.

•Claude SIMON, Prix Nobel de Littérature.

Membres de l’Académie Française

•HECTOR BIANCIOTTI

•Jean DUTOURD

•Marc FUMAROLI

•Rene HUYGHE

•Jacques LAURENT

•Maurice RHEIMS

•Angelo RINALDI

•Jacqueline De ROMILLY

•Maurice SCHUMANN

Membres des Instituts

•Henri AMOUROUX, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Reynold BARBIER, de l’Académie des sciences.

•Pierre DE CALAN, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Henri CARTAN, de l’Académie des sciences.

•Gaston DÉFOSSÉ, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Jean DORST, de l’Académie des sciences, de l’Académie des sciences d’outre-mer, de l’Académie des sciences, de l’Académie des sciences d’outre-mer, professeur au Muséum national d’histoire naturelle.

•Jean FOYER, de l’Académie des sciences morales et politiques, de l’Académie des sciences morales et politiques, ancien garde des Sceaux.

•Yvon GATTAZ, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Pierre GEORGE, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Pierre GRIMAL, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

•Jean IMBERT, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Émile JAMES, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Christian LANGLOIS, de l’Académie des beaux-arts.

•Raymond LATARJET, de l’Académie des sciences.

•Jean LECLANT, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

•Jérôme LEJEUNE, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Paul MALLIAVIN, de l’Académie des sciences.

•Pierre MESSMER, de l’Académie des sciences morales et politiques, de l’Académie des sciences morales et politiques, ancien Premier ministre.

•André PIETTRE, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Raymond POLIN, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•René POMEAU, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•François PUAUX, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Raymond TRIBOULET, de l’Académie des sciences morales et politiques.

•Bernard ZEHRFUSS, de l’Académie des beaux-arts.

Autres personnalités

•Hervé BAZIN, écrivain, membre de l’Académie Goncourt.

•Pierre de BOISDEFFRE, écrivain et diplomate (ancien ambassadeur).

•Henry BONNIER, écrivain, éditeur, grand prix de la Critique de l’Académie française.

•Alphonse BOUDARD, écrivain.

•Christine BOUTIN, parlementaire.

•François BROCHE, journaliste, écrivain.

•Georges BUIS (général C.R.), écrivain, ancien directeur de l’Institut des Hautes Études de la Défense nationale.

•Jacques CALVET, industriel.

•Jean-Claude CASANOVA, journaliste, écrivain.

•François CAVANNA, journaliste, écrivain.

•Michel CAZENAVE, écrivain, producteur.

•Rémy CHAUVIN, professeur honoraire à la Sorbonne.

•Jean-Pierre CHEVÈNEMENT, parlementaire, ancien ministre.

•Jacques CHESSEX, écrivain, Prix Goncourt.

•Christine CLERC, journaliste.

•Régis DEBRAY, écrivain.

•Christian DEDET, écrivain, médecin, Prix des Libraires.

•Pierre DELAVEAU, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie de pharmacie.

•Sylvie DERVIN, romancière.

•Robert DESPRECHINS de GAESEBEKE, président des Amitiés françaises de Gand.

•Raymond DEVOS, artiste.

•Michel DIARD, secrétaire général du S.N.J. (Syndicat national des journalistes) C.G.T..

•François DREYFUS, professeur à la Sorbonne.

•Jean DUCHÉ, écrivain.

•Olivier DUMAS, écrivain, médecin, président de la société Jules-Verne.

•Bernard DUMON, dirigeant de sociétés.

•Jacques-Michel DURAND, président de l’Académie européenne des sciences, inscriptions et belles-lettres.

•Pascal DE DUVE, écrivain.

•Jean-Sébastien EECKHOUT, linguiste.

•Jacques FAIZANT, journaliste, dessinateur.

•Dominique FERNANDEZ, écrivain, Prix Médicis et Prix Goncourt.

•Alain FINKIELKRAUT, philosophe.

•Marc FUMAROLI, professeur au Collège de France.

•Bernard GAGNEPAIN, professeur au Conservatoire national supérieur de musique de Paris.

•Max GALLO, écrivain, ancien ministre, député européen.

•Gérard GATINOT, secrétaire général de l’Organisation internationale des journalistes.

•Virgil GHEORGHIU, écrivain.

•Franz-Olivier GIESBERT, journaliste, écrivain.

•Frédéric GRENDEL, écrivain.

•Georges GROS, sécrétaire général de l’U.I.J.P.L.F. (Union internationale des journalistes et de la presse de langue française).

•Benoîte GROULT, écrivain.

•Pierre GUIDONI, ambassadeur de France.

•Alain GUILLERMOU, président des Biennales de la langue française.

•Frédéric GUIRMA,

•Paul GUTH, écrivain, président de l’Académie des provinces françaises.

•Gisèle HALIMI, avocate, ancien ambassadeur à l’Unesco.

•Claude IMBERT, journaliste, écrivain.

•Dominique JAMET, écrivain, président de la Grande Bibliothèque de France.

•Roger JUDRIN, professeur émérite, écrivain.

•Jacques KOSCIUSKO-MORIZET, ambassadeur de France.

•Serge KOSTER, écrivain.

•Paul-Marie de LA GORCE, écrivain.

•Marc LAURIOL, parlementaire.

•Bernard-Henri LÉVY, philosophe.

•Jacques LE GROIGNEC général C.R.), ancien directeur des études du Centre des Hautes Études militaires.

•Georges LOCHAK, physicien, directeur de la Fondation Louis-de-Broglie.

•Georges LUBIN, homme de lettres.

•Robert MANUEL, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, professeur-doyen du Conservatoire de Paris.

•Jacques MARTIN, producteur-animateur.

•Gabriel MATZNEFF, écrivain.

écrivain. •Jean MAURIAC, journaliste.

•Philippe MESTRE,

•parlementaire,

•Roger MINNE, journaliste, écrivain.

•André-François MONTEIL, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de l’Université, ancien ministre.

•Henri MORIER, lexicographe, professeur honoraire de l’Université de Genève.

•Michel MULLER, secrétaire général de la Fédération des travailleurs des industries du livre, du papier et de la communication.

•François NOURISSIER, écrivain.

•Louis NUCÉRA, écrivain.

•Gilbert PÉROL, amabassadeur de France.

•Hughette PÉROL, écrivain.

•Roger PEYREFITTE, écrivain.

•Patrice de PLUNKETT, journaliste.

•Edmond POGNON, historien.

•Frédéric POTTECHER, journaliste, chroniqueur judiciaire.

•Jacques RABEMANANJARA, ancien vice-président du gouvernement malgache, ancien ministre d’État aux Affaires étrangères de Madagascar, lauréat de l’Académie française.

•Jean RASPAIL, écrivain.

•Alain RAVENNES, écrivain.

•Jean-François REVEL, journaliste, écrivain.

•Jacques de RICAUMONT, homme de lettres, président du Cercle Montherlant.

•Alain RIVIÈRE,

•Philippe ROSSILLON, secrétaire général de l’Union latine.

•Jacques ROUGEOT, professeur de littérature française à la Sorbonne.

•Fernand ROUILLON, ancien ambassadeur.

•Jacques RUFFIÉ, professeur au Collège de France.

•Robert SABATIER, écrivain, membre de l’Académie Goncourt ;.

•Danièle SALLENAVE, écrivain.

•Nicolas SAUDRAY, écrivain.

•André SÉAILLES, président de l’Association internationale des amis de François Mauriac.

•Philippe SÉGUIN, parlementaire.

•Philippe SÉNART, magistrat, écrivain.

•Philippe SOLLERS, écrivain, conseiller littéraire.

•Georges STRAKA, professeur émérite des Universités, membre associé de l’Académie royale de Belgique et de l’Académie de Finlande, correspondant de l’Institut.

•Jacqueline THOME-PATENÔTRE, ancien ministre.

•Henri TISOT, évangéliste.

•Michel TOURNIER, écrivain, membre de l’Académie Goncourt.

•Alain TREZ, journaliste, dessinateur.

•Bernard TRICOT, membre du Conseil d’État (e.r.).

•Frédérick TRISTAN, écrivain, Prix Goncourt.

•Jean TULARD, historien, professeur à la Sorbonne.

•Robert VALLÉE, professeur émérite à l’université Paris-Nord, directeur général de la World Organisation of Systems and Cybernetics.

•Violaine VANOYEKE, écrivain.

•Yves de VERILHAC (Serge Dalens), magistrat honoraire et écrivain.

•Jacques VERGÈS, avocat à la Cour.

•Pierre de VERNEJOUL, professeur des Universités.

•Bernard VOLKER, journaliste, chargé des affaires européennes à T.F.1.

•Vladimir VOLKOFF, écrivain.

•Abbé André WARTELLE, professeur de grec à l’Institut catholique de Paris.

•Pierre-André WILTZER, parlementaire, président de la section française de l’Assemblée internationale des parlementaires de langue française.

•Georges WOLINSKI, journaliste, dessinateur.

Publicités

Une réponse à “Co-officialité de la langue corse : la panthère nébuleuse

  1. Paliri

    « L’instauration de la co-officialité de la langue corse et du français, c’est fait. » ?
    Non, c’est proposé par l’Assemblée de Corse. Et ce sera refusé par le gouvernement et/ou le Parlement et/ou le Conseil constitutionnel, simplement parce que c’est contraire aux principes fondamentaux de la République (unité et égalité des citoyens devant la loi : voir les attendus du CC dans ses décisions sur la Corse, la Charte des langues minoritaires et le statut de la Polynésie) et qu’on voit mal l’abandon de ces principes pour faire plaisir à 36 élus territoriaux de Corse.
    Reste une solution : sortir de la République.
    C’est le seul sujet qui vaille une consultation des Corses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s