La citoyenneté méditerranéenne en question

:      Magà Ettori (cinéaste, Institut Régional du Cinéma et de l'Audiovisuel), Fathallah Sijilm'assi (secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, ambassadeur du Maroc en France, chargé du Processus de Barcelone et du dialogue Méditerranéen de l’OTAN, banque Commerciale du Maroc),

Magà Ettori (cinéaste, Institut Régional du Cinéma et de l’Audiovisuel), Fathallah Sijilm’assi (secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, ambassadeur du Maroc en France, chargé du Processus de Barcelone et du dialogue Méditerranéen de l’OTAN, banque Commerciale du Maroc)

Invité en ma qualité de Président de l’Institut Régional du Cinéma et de l’Audiovisuel Corse (IRCA) et de membre du réseau français de la fondation Anna Lindh, j’ai participé le week-end dernier au Forum Méditerranéen Anna Lindh qui se déroulait à Marseille, dans le cadre des évènements de la capitale européenne. L’objectif du Forum était de développer le dialogue et la coopération entre les acteurs de la société civile et de renforcer leur impact dans le contexte de la relance du partenariat euro-méditerranéen et de l’Union pour la Méditerranée. Lancé autour du slogan  »Citoyens pour la Méditerranée », le Forum est le premier rassemblement du genre depuis le soulèvement arabe. Il a rassemblé les principaux acteurs de la société civile de 42 pays, experts, universitaires, ONG, parlementaires ainsi que des représentants des autorités locales et des principales institutions internationales de l’ensemble des pays membres de l’Union pour la Méditerranée (UpM). En collaboration avec l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée, le Forum Anna Lindh a été planifié pour coïncider avec la tenue du Premier Sommet des Présidents des Parlements de l’UpM qui s’est tenu le dimanche 7 avril.

J’ai eu le plaisir d’intervenir dans diverses sessions du Forum comme  »L’éthique dans le travail journalistique à travers les cultures » modéré Caroline Fourest, une essayiste de premier plan, rédactrice en chef de la revue ProChoix en présence de Paul Gillespie (The Irish Times – Irlande), Aidan White (Réseau de journalisme éthique – Royaume-Uni), Rim Marrouch (journaliste – Syrie), Maria Moukrim (Akhbar Al Yaoum – Maroc), ou encore dans l’Agora  »Quelles opportunités pour les jeunes ? Quelles Sociétés pour demain ? » animée par Fathallah Sijilm’assi (secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, ambassadeur du Maroc en France, chargé du Processus de Barcelone et du dialogue Méditerranéen de l’OTAN, Banque Commerciale du Maroc) en présence de Philippe de Fontaine Vive (vice-président de la BEI), Mats Karlsson (président du Centre Méditerranéen pour l’Intégration), Alexia Kalaitzi (Sociétés Unies des Balkans – Grèce), Nermine Chatila (économiste – Liban), Jean-Louis Reiffers (Ecole de la deuxième chance). Fathallah Sijilm’assi qui précisait justement :  »Tout a été dit, écrit, sur les questions méditerranéennes mais peu a été fait. Aujourd’hui le changement c’est de pouvoir évoluer vers une culture de l’action. Enfin, en ce qui concerne l’Union pour la Méditerranée, nous avons choisi, avec des imperfections, une orientation claire pour être dans une logique du faire. Nous avons ajouté à nos projets les questions de la jeunesse, de la mobilité et de l’emploi. »

Magà Ettori (cinéaste, Institut Régional du Cinéma et de l'Audiovisuel), André Azoulay (président élu de la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh, conseiller des souverains Hassan II et Mohammed VI, président délégué de la Fondation des trois cultures et des trois religions de Séville)

Magà Ettori (cinéaste, Institut Régional du Cinéma et de l’Audiovisuel), André Azoulay (président élu de la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh, conseiller des souverains Hassan II et Mohammed VI, président délégué de la Fondation des trois cultures et des trois religions de Séville)

A l’IRCA nous développons – en Corse, en direction de la Méditerranée et au delà – la stratégie préconisé lors du premier Forum de la Fondation Anna Lindh qui s’est tenu à Barcelone en mars 2010, à savoir la mise en avant du dialogue interculturel, la diversité, la démocratie et le développement. Un concept qui vise à renforcer la valorisation de la diversité, la promotion de la participation sociale dans la construction de la démocratie et des sociétés plurielles et l’encouragement du développement humain et des droits fondamentaux. Des valeurs que nous partageons avec d’autres organismes insulaires également présents à Marseille comme U Marinu (Jean-Valere Geronimi), l’Institut de la méditerranée de Corse (Jean-Claude Lanzalavi) et France Bleu Frequenza Mora (Petru Mari) qui enregistrait deux émissions Kantara (*) à la Villa Méditerranée.Ce Forum nous a permis de renforcer des liens anciens, mais également de faire de nouvelles rencontres comme ce fut le cas avec Fathallah Sijilm’assi, ou encore André Azoulay (président élu de la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh, conseiller des souverains Hassan II et Mohammed VI, président délégué de la Fondation des trois cultures et des trois religions de Séville). La ville de Marseille, en tant que capitale européenne de la culture 2013, a attribué lors de l’inauguration du Forum sa médaille de la paix au président de la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures, André Azoulay, «ambassadeur du citoyen de la Méditerranée».

Des partenariats structurants ont été élaborés avec des représentants de la société civile d’autre pays comme Abderrahmane Ahmed Salem Directeur de la Maison des cinéastes de Nouakchott (Mauritanie). Abderrahmane Ahmed Salem par ailleurs cinéaste et comédien, qui a précédemment interprété un rôle dans Le Dernier Clan (www.ledernierclan-lefilm.com). Cet homme extraordinaire de conviction et de générosité est en phase de devenir un des principaux artisans de la collaboration entre le cinéma néo contemporain en Corse et en Mauritanie, illustrant parfaitement les propos d’André Azoulay lors de la cérémonie d’ouverture du Forum méditerranéen Anna Lindh :  »Nous sommes en train d’assister à l’émergence historique d’une citoyenneté méditerranéenne, avec des aspirations pour la dignité, la démocratie ainsi qu’une meilleure qualité de vie partagée et reconnue par l’ensemble des citoyens de la région euro-méditerranéenne. Le millier de participants ici à Marseille prend acte de cette occasion historique et posera les jalons d’un nouveau mouvement consacré à défendre cette vision, celle des Citoyens pour la Méditerranée ».

Les ambitions étaient de taille et le Forum Femmes Méditerranée (Esther Fouchier) chef de file du réseau français de la Fondation Anna Lindh et structure organisatrice du Forum n’a pas démérité, bien au contraire. De nombreuses interventions de grande qualité ont égrainé ce forum, mais celle de la journaliste marocaine Sanaa El Aji concernant la laïcité, la liberté de pensée et la déontologie dans les médias ont marqué les esprits. Sanaa El Aji a affiché une vision moderniste et progressiste de la société marocaine, et du rôle des médias. Autre intervention interessante celle d’Enzo Bevar qui representait Cinemovel Foundation. Né en 2006, Libre Cinéma sur les Terres Libérées est un projet unique en Europe, promu par Cinemovel Foundation, avec la présidence honoraire de Ettore Scola, et par Libera, associazioni, nomi e numeri contro le mafie, crée par don Luigi Ciotti. Il s’agit d’un Festival de cinéma ambulant contre les mafias. Depuis sept ans, pendant les mois de juin et juillet, l’association parcours plus de 5000 km à bord d’un camion et organise chaque jour dans une ville différente, une projection de cinéma en plein air. L’objectif est de contribuer à transmettre l’essence même du cinéma : raconter des histoires. Le projet est né de la croyance que le cinéma et la vision collective ont un rôle fondamental dans la lutte contre la criminalité organisée.

L’objectif du Forum Anna Lindh était éminemment politique bien entendu, des sujets graves parfois tragiques,  et pourtant il émanait de ces rencontres une espèce de bonté, d’affabilité, de cordialité comme si le temps avait suspendu son vol, la crise financière avait pris un congé, et les organisations avait compris l’intérêt de mettre l’humain au cœur du processus. Dans un tel contexte il n’était pas difficile de se faire de nouveaux partenaires comme Amrie Saurel, Virginie Cerezo, Ahmed Jemai, Thomas Röhlinger, Dominique Bendo-Soupou, Lino Cardarelli, Julia Eksner, Elisabeth Wolff, Jean-Noel Chassé, Morena Campani, Magdalena Jakubowska, Serena Romano, Aleksandar Radonov, Jean Roatta, Adreu Claret, Stefania Garrone, Gentiane Piovanacci, Hend Hussein, Aida Terracciano, Fatima Morchid, Naomi Sakr, Abderrahmane Arar, Miro La’nik et tant d’autres encore et encore. 42 pays du pourtour Méditerranéen en connection avec la Corse. En ceci la citoyenneté méditerranéenne en question trouve tout son sens, et le Forum Méditerranéen de la fondation Anna Lindh s’affiche comme une belle réussite.

(*) Lancé en 2000 par France Bleu Frequenza Mora et Rabat Chaîne Inter Kantara est un magazine hebdomadaire qui associe 6 radios : Radio le Caire, Alger Chaine 3, Chaine Inter, Radio Marocaine, REE (Espagne, RTVE), RTCI, Radio Tunisienne et FB Frequenza Mora, Radio France. Kantara animé par Petru Mari en Corse aborde tous les sujets de société, de culture, d’économie et plus généralement d’actualité.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s